L'AFCAR

L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .

Une association qui a été en quelque sorte une famille pour ceux qui échouaient en France.

Pere Gilles AFCARAujourd'hui, l'AFCAR est toujours présente, mais joue plus un rôle d'assistance psychologique, rôle non négligeable. Claude Gilles est à l'origine de la création de l'AFCAR, il en est toujours le président. Claude Gilles est prêtre et a consacré une longue partie de son existence à ces réfugiés, les a aidé à s'installer, à s'adapter. Il est l'auteur de nombreux livres. Rencontre avec le père Gilles qui nous parle, avec passion, de son expérience sur le terrain.

Extraits d'un reportage de Radio Sud réalisé par Isabelle Balard

Partager cette page :
  • Qu’est-ce qu’un réfugié ?

    « Un réfugié est une personne qui, ‘‘ craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ’’. (Convention de 1951 relative au statut des réfugiés).

  • Indochine

    Les Français ont appelé « Indochine française » trois pays qu’ils ont conquis entre 1858 et 1893 : le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

  • L'arrivée en France : beaucoup de difficultés, mais encore plus de solidarité

    Je suis né au Sri Lanka et je me suis échappé de mon pays à la fin de l’offensive militaire en mai 2009, après avoir survécu à plusieurs blessures provoquées par des éclats d’obus

  • « Nous sommes en sécurité ici. »

    Busrha, originaire de Bagdad, capitale de l’Irak, est arrivée en France le 29 juillet 2008. A Paris, elle trouve la ville trop grande, avec trop de monde. Au bout de 5 mois, le CAUDA l’envoie au CPH de la rue Chaffanjon à Besançon, où elle arrive avec son mari et ses 3 enfants, le 20 janvier 2009.

  • C’est tellement difficile quand on arrive et qu’on ne connaît personne

    Madame D. originaire du Sri Lanka est arrivée en France en 2002. Avant d’arriver à Besançon, elle habitait à Paris.
    Quand madame D. a dû fuir son pays, elle est partie seule avec ses deux enfants de 7 et 5 ans. C’est grâce à leur famille, qui a organisé et payé leur voyage, qu’ils ont rejoint la France où un oncle les a accueillis.

  • Là-bas j’étais architecte, ici je vis avec le RSA

    Cette fille nous  fait penser à un personnage d’un conte des mille et une nuits. Nous racontera-t-elle une histoire magique ? Elle a les yeux qui brillent, le sourire au coin des lèvres. Son visage mêle la tristesse et la joie, la douleur du passé et l’espoir de l’avenir. Nous l’appellerons « Golab », qui signifie la rosée des fleurs du matin.

  • Les réfugiés et le père Gilles : une longue histoire

    Le père Gilles est un personnage incontournable de l'histoire de l'accueil des migrants à Besançon. Il a consacré une très grande partie de sa vie et de son énergie aux réfugiés du Sud-Est asiatique.

  • Rayane vient du Liban

    Rayane est arrivée à Besançon il y a 6 mois, elle a 19 ans, et habitait jusque là au Liban.

  • M. Ly est un Hmong, réfugié politique, venu du Laos

    J'étais de nationalité laotienne, d'ethnie hmong (« Hmong » veut dire « homme libre ») avant d'arriver en France et d'obtenir la nationalité française. Je suis venu et j'ai été accepté comme réfugié politique.