Le théâtre comme témoin de la dictature franquiste

La terreur de la dictature franquiste est encore entourée de beaucoup de silence, bien difficile à transmettre. Et pourtant....

J'ai muré les portes et les fenêtres est un spectacle créé en 2003 par la compagnie Anda Jaleo.

Anda Jaleo, J'ai muré les portes et les fenêtres
Nous avons rencontré des femmes espagnoles. Elles sont natives de Catalogne ou d'Andalousie; elles habitaient dans une ville ou un village; elles étaient enfants pendant la guerre civile; elles allaient à l'école ou travaillaient. Toutes ont vécu la dictature franquiste.

Nous nous intéressons surtout à la mémoire des personnes agées, au récit de leur vie, à leur quotidien, et moins à l'Histoire. Le texte du spectacle est écrit d'après les témoignages de deux femmes que nous avons choisi de mettre en scène.

L'une, fille d'un républicain, a subi les représailles franquistes. Elle s'est exilée et nous livre son histoire. L'autre dit n'avoir rien vécu. Elle est immigrée et se terre dans le silence.

Loin de tout voyeurisme, Mathilde interprète ces femmes et transmet leurs récits. Le jeu alterne avec la danse flamenca que nous utilisons comme un moyen pour traduire l'intensité des événements relatés.

Nous recréons, au cours du spectacle, le climat des rencontres. Le public occupe la place que nous avions lors des entretiens. Frédéric est le moteur en établissant le contact entre la scène et la salle. Le plateau est un lieu de transmission qui permet alors la construction d'un pont entre les générations.

Déchiqueté, écorché, le décor évoque la misère, la terreur et la souffrance qui régnaient alors.
Ecouter l'emission de Radio Sud réalisé par Isabelle Balard consacrée à ce spectacle:
Présentation du spectacle (3 min 59)

Extrait (2 min)

Donner la parole pour briser le silence (2 min 22)
Exil des espagnols en France (1 min 19)
Pourquoi des femmes (3 min 09)
la scène lieu de témoignage (2 min 30)
Création, témoignage (2 min 05)
Site internet de la Compagnie Anda Jaleo: www.andajaleo.org
Partager cette page :
  • Espagnols à Besançon en 1974-75

    Mise en valeur la situation de la colonie espagnole de la ville au sein des autres mouvements migratoires pour donner une « image spécifique et locale de l'immigration espagnole à Besançon, afin d'en tracer une sorte de portrait »

  • Migrant, mi-petit, pour ainsi dire moyen

    Je m’appelle le jour, je m’appelle la nuit, je m’appelle depuis que je suis sorti tête la première du ventre de ma môman.

  • « Un gran pequeño hombre » - Un grand petit homme

    Mon nom est Emilio Sánchez et je suis Andalou. En 1942, j'avais 10 ans, et nous étions cinq à la maison. Cela faisait déjà cinq ans que j'avais perdu mon père. Pour pouvoir nous nourrir, ma mère a été obligée de vendre notre maison pour 500 pesetas et 45 kilos de farine, pour rien.

  • Les réfugiés espagnols à Besançon en 1939: «pas de ça chez nous»

    Au début de l'année 1939, 1350 réfugiés espagnols arrivent à Besançon. “Quand une bête est prête à crever, la vermine quitte ce qui ne sera bientôt plus qu’un cadavre encombrant".

  • Les républicains espagnols dans la Résistance

    Lorsqu’ils se lancent dans l’action, les Espagnols prouvent qu’ils sont des combattants hors pair dont la valeur finit par en imposer aux autres résistants.

  • Histoire de Hidalgo Tejero Consuelo

    Et un jour, una mujer...
    Hidalgo Tejero Consuelo est née le 3 mars 1929 en Espagne, dans un village situé aux alentours de Cordoba à Baena, dans la région de l'Andalousie.

  • Les étrangers sous surveillance

    Dès le début de la guerre les autorités françaises se méfient des réfugiés espagnols. En effet, on craint que leur regroupement ne favorise la propagande communiste.