M. Ly est un Hmong, réfugié politique, venu du Laos

Sommaire

J'étais de nationalité laotienne, d'ethnie hmong (« Hmong » veut dire « homme libre ») avant d'arriver en France et d'obtenir la nationalité française. Je suis venu et j'ai été accepté comme réfugié politique.

Mon véritable nom était Ly Van Tcheng (j'ai pris le prénom d'Hervé lors de ma naturalisation en 1975). J'habitais dans un petit village du Laos de famille paysanne qui cultivait le riz (culture sur brûlis), car nous vivions dans la montagne à environ 1000 m.

Image Image
Un aspect de mon village avec les maisons en paille et la culture sur brûlis.
Un groupe de femmes et d'hommes.


Mes parents avaient sept enfants et j'appartiens au clan Ly. Les Hmong vivent en clans et c'est important car nous sommes assujettis à des coutumes près précises. Le clan s'étend très largement et dépasse la famille, au sens étroit des Français. Il ne faut pas oublier que le Laos (un peu plus de 6 millions d'habitants) comprend une soixantaine d'ethnies différentes, dont l'ethnie majoritaire sont les Lao. Nos liens familiaux sont très forts et soumis à des coutumes très contraignantes à l'intérieur du clan.

Image


Dans mon enfance, je suis allé à l'école du village avec un professeur Lao, à partir de cinq ans. Puis, vers douze ans, mes parents m'ont envoyé dans un collège dans la ville voisine de Sayaboury pour terminer mes études vers dix-huit ans.

Par la suite, j'ai fait mon service militaire pendant trois ans dans l'armée laotienne. Revenu dans le village, j'ai été désigné, malgré mon opposition, pour être le chef du village jusqu'à trente ans parce que j'avais des études. Nous habitions dans une maison en paille et vivions de la culture : riz, maïs, que nous vendions à la ville voisine.

Image Responsables du village


Nos coutumes sont très différentes de celles des Lao. Eux sont bouddhistes, nous chamanistes. Nous n'avions pas d'écriture, mais notre culture est de tradition orale. L'écriture écrite date de 1953, suite au travail de deux missionnaires l'un français, le père Bertrais, l'autre un pasteur évangélique, M. Burney.- écriture RPA.

Partager cette page :
  • Qu’est-ce qu’un réfugié ?

    « Un réfugié est une personne qui, ‘‘ craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ’’. (Convention de 1951 relative au statut des réfugiés).

  • Indochine

    Les Français ont appelé « Indochine française » trois pays qu’ils ont conquis entre 1858 et 1893 : le Laos, le Cambodge et le Vietnam.

  • Arméniens : témoignage de M. Yeznikian

    Franck Yéznikian compte parmi les grands compositeurs de musique contemporaine. Son grand père s'était réfugié en France en 1915 pour échapper au génocide arménien.

  • Réfugiés Bosniaques 2007, témoignage vidéo

    Samir et Sabina sont originaires d'un village de Bosnie. Pour Samir, le retour des Serbes dans les villages bosniaques crée une situation insupportable.

  • « Nous sommes en sécurité ici. »

    Busrha, originaire de Bagdad, capitale de l’Irak, est arrivée en France le 29 juillet 2008. A Paris, elle trouve la ville trop grande, avec trop de monde. Au bout de 5 mois, le CAUDA l’envoie au CPH de la rue Chaffanjon à Besançon, où elle arrive avec son mari et ses 3 enfants, le 20 janvier 2009.

  • L'AFCAR

    L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .

  • Fuir le Cambodge des Khmers rouges

    M. Kimlay est arrivé à Besançon en provenance du Cambodge en 1981. Médecin dans son pays d'origine, il se retrouve infirmier en France.

  • Note historique : L'indochine ex-française

    Plan : la conquète, la guerre d'indochine, la guerre du Vietnam, les boat people, des états toujours communistes, les Indochinois en France et à Besançon

  • Sud est asiatique : l’accueil des réfugiés (1977)

    "Les premiers réfugiés que j’ai fait venir c’est en octobre 1977. J’avais été au camp de réfugiés Aranyaprathet, à la frontière thaïlandaise."