Guadeloupéenne et Vietnamienne

Sommaire

« Je suis métisse... Ma mère avait trahi sa patrie. » Madame Lang témoigne de son enfance extrêmement difficile au Vietnam, jusqu'à son installation en Franche-Comté.

Vous êtes en France depuis longtemps ?
Je suis arrivée en France le 2 août 1985 en provenance du Vietnam.

Parlez moi un peu de votre enfance au Vietnam.

Image Image


Mon enfance a été malheureuse. Ma mère était très malade, elle avait des problèmes avec le foie. En 1958, nous sommes retournés dans le village natal de ma mère et nous y sommes restés jusqu'en 1961. Ensuite, nous sommes revenus à Saigon car la guerre a commencé à arriver jusque dans notre village, et nous avions des problèmes car je suis métisse. C'était une preuve que ma mère avait trahi sa patrie ! À Saigon, ma mère est restée au lit pendant trois ans de 1961 à la fin de 1963. J'ai dû me débrouiller toute seule pour survivre. Tous les matins, je faisais les commissions pour les voisins et les voisines. Ceux-ci me donnaient 0,50 à 1 dông chaque fois. Vers midi, j'achetais un plat de riz aux œufs caramélisés ou du riz au tofu au caramel à 1 dông. Je gardais le reste pour acheter des remèdes pour ma mère (5 dông pour les médicaments). L'après-midi j'allais à l'école et le soir je tricotais des bords de gilet pour gagner un peu plus d'argent. Je subissais souvent des insultes, des mépris ou des humiliations des autres. En plus, il y avait des problèmes entre les autres enfants et moi. J'avais toujours tort parce que j'étais métisse et que je n'avais pas de père dans ma famille. On dit que « les métisses sont mauvaises et sans père pour les éduquer ». Malgré toutes ces brimades j'ai toujours fait attention à tout ce que je faisais et je n'ai jamais voulu faire de la peine à ma mère !!!

Après cette enfance malheureuse, quel a été votre travail ?
Je suis devenue enseignante dans une école primaire et un collège par alternance. Le matin j'étais professeur de collège et l'après-midi institutrice dans le primaire.

Image Image
Partager cette page :
  • Retour aux sources

    Nguyêt Anh naquit et grandit à Hanoï, en Indochine française. Mais en 1951, alors que la pression du Vietminh rend l’avenir du Tonkin incertain, ses parents l’envoient poursuivre sa scolarité à Dalat, sur les Hauts-Plateaux du Sud-Vietnam.

  • Sans art, la vie est morte

    D'apparence frêle, ses petits yeux noirs pétillants disent que, au contraire, elle a une force très ancrée, naturelle. Elle fait penser à une rivière longue et étroite qui irrigue la terre, les cailloux et tout ce qui est sur son passage. Sans effort et sans contrainte. Simplement. Comme dans ses photos. Et, mine de rien, on se sent irrigué à son tour d'une évidence : vivre la vie qui nous est donnée.

  • Si je pouvais revenir en arrière, je resterais au Cameroun !

    "On croit toujours qu’ailleurs c’est mieux que chez soi, c’est un rêve ! On croit qu’en France tout est facile ! Je voyais des filles qui ramenaient beaucoup d’argent au pays, avec de belles voitures."

  • Naturalisation, 2006 : reportage à la Préfecture

    Chaque année 600 à 700 certificats de naturalisation sont remis dans le Doubs. Rencontre avec le Prefet du Doubs, Marie France Barraut qui fait partie du bureau des naturalisation et des personnes venant d'obtenir leur naturalisation.

  • Si tu me lâches, je suis perdue, je ne sais même pas comment rentrer

    Yamina m’accueille avec douceur et réserve. Peu à peu, la distance se dissout, nous nous rencontrons.
    Au Maroc, elle avait 5 frères et 3 sœurs. Elles est arrivée en France en 1979, en août.

  • C'était une véritable loterie, mon départ d'Algérie

    D. est secouée par le fou rire en essayant désespérément de retrouver sur le téléphone portable les photos que son mari vient de prendre au bled (Guelma).

  • Une arrivée à Besançon difficile …

    Marie-France, Camerounaise, est arrivée début 2009 à Besançon, suite à une séparation difficile d’avec le père de son dernier enfant, devenu violent.