Cambodge : les camps de Thaïlande

J’ai visité les mouroirs de sœur Teresa à Calcutta. Mais c’est un paradis les mouroirs de sœur Teresa par rapport aux camps de réfugiés !

Je suis allé vingt-cinq fois dans les différents camps de réfugiés en Thaïlande.

 

Fuite du Cambodge


Enfants dans le camp de Nusig SikhiutIls étaient gardés militairement et puis pour y entrer, attention, j’étais obligé de montrer patte blanche. Il fallait que j’aille au ministère de la Guerre pour obtenir un « passe ». Parce que j’appartenais à des associations, ils me donnaient l’autorisation. Il fallait que j’aille à la Task Force, c’est-à-dire une armée que les Thaïlandais avait créée de toutes pièces pour surveiller la frontière et garder les réfugiés…garder militairement, derrière des barbelés. Certains entraient dans ces camps au péril de leur vie. Il y en a un certain nombre qui se sont fait tuer par l’armée thaï. Il m’arrivait de porter une lettre, un paquet, ou de l’argent de la part des familles en France. Mais je n’avais pas le droit. Comme j’étais habillé léger, c’était difficile. Alors je scotchais les enveloppes autour de mes jambes, autour de mon ventre, etc. Je faisais des listes. Voilà, tenez par exemple [le père Gilles sort un petit carnet vierge ou des lignes et colonnes sont tracées à la main avec application] un modèle de listes. Je mettais le nom de la famille de France, le camp, le nom et puis ensuite, la somme d’argent.

 

liste lors des visite des camps

 

Qu’est-ce qu’on peut faire dans un camp avec de l’argent ?

Riz distribué par l'UNICEFPère Gilles : Ah, mais tout ! Surtout pour payer les passeurs qui les avaient conduits du Cambodge dans le camp. C’était la famille de France qui me donnait l’argent pour que la famille là-bas puisse payer le passeur. Et puis aussi pour se payer des suppléments de nourriture. Ils étaient nourris mais de manière assez sommaire. Cela améliorait leur condition.

En 1979, il existait en Thaïlande deux sortes de camps qui accueillaient les réfugiés cambodgiens :

  • les anciens camps (Aranyaprathet) pour ceux qui avaient fui le régime Khmer rouge d’avril 75 à 1978;
  • les nouveaux camps créés par l’ONU en juin 79 (Sakéo) et en septembre 79 (Khao i Dang) pour ceux qui fuyaient l’armée vietnamienne et la famine.
    Vue générale du camp d'Aranyaprathet

 

Carte des camps en Thailande
Partager cette page :
  • Qu’est-ce qu’un réfugié ?

    « Un réfugié est une personne qui, ‘‘ craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ’’. (Convention de 1951 relative au statut des réfugiés).

  • Réfugiés Bosniaques 2007, témoignage vidéo

    Samir et Sabina sont originaires d'un village de Bosnie. Pour Samir, le retour des Serbes dans les villages bosniaques crée une situation insupportable.

  • Porfirio Diaz : l'oeil du cyclone

    Porfirio Diaz est un de ces demandeurs d’asile politique Chiliens qui arrivèrent en France suite au coup d’état de Pinochet en 1973.

  • Arméniens : témoignage de M. Yeznikian

    Franck Yéznikian compte parmi les grands compositeurs de musique contemporaine. Son grand père s'était réfugié en France en 1915 pour échapper au génocide arménien.

  • M. Ly est un Hmong, réfugié politique, venu du Laos

    J'étais de nationalité laotienne, d'ethnie hmong (« Hmong » veut dire « homme libre ») avant d'arriver en France et d'obtenir la nationalité française. Je suis venu et j'ai été accepté comme réfugié politique.

  • Sud Est Asiatique : l'association franc-comtoise d'aide aux réfugiés

    Dès 1975, avec la fin de la guerre du Vietnam et les exactions des Khmers rouges, commence l'arrivée massive de réfugiés , les "boat people".

  • « Nous sommes en sécurité ici. »

    Busrha, originaire de Bagdad, capitale de l’Irak, est arrivée en France le 29 juillet 2008. A Paris, elle trouve la ville trop grande, avec trop de monde. Au bout de 5 mois, le CAUDA l’envoie au CPH de la rue Chaffanjon à Besançon, où elle arrive avec son mari et ses 3 enfants, le 20 janvier 2009.

  • L'AFCAR

    L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .