« Nous sommes en sécurité ici. »

Busrha, originaire de Bagdad, capitale de l’Irak, est arrivée en France le 29 juillet 2008. A Paris, elle trouve la ville trop grande, avec trop de monde. Au bout de 5 mois, le CAUDA l’envoie au CPH de la rue Chaffanjon à Besançon, où elle arrive avec son mari et ses 3 enfants, le 20 janvier 2009.

C’est l’insécurité qui règne à Bagdad qui les ont fait fuir, et les persécutions dont sont victimes les chrétiens, minoritaires en Irak.

Encore maintenant, quand le téléphone sonne, elle a peur pour ses enfants, pour son mari, qu’une bombe ait éclaté. « Je suis toujours inquiète et nerveuse pour les enfants, mais non, je suis à Besançon, nous sommes en sécurité ici. »
Elle trouve la vie à Besançon agréable et calme, et l’école très bien pour ses enfants.

Pour Bushra, la principale difficulté c’est la langue.
«  C’est la clé magique pour la vie, je ne savais que 4 mots ; bonjour, bonsoir, oui, non. »
A la maison, la famille parle araméen. Elle parle aussi arabe et anglais, les enfants essaient de parler en français avec leurs parents.
A son arrivée, elle a suivi les 400 heures de cours de français à la FRATE. Puis à pôle emploi on lui a dit qu’elle devait suivre un autre cours, donc ici à Planoise avec le CCAS.

Le second problème  c’est le travail. En Irak elle était secrétaire. Après la guerre, elle faisait de la couture et de la broderie à la maison. « Mais ici, ça n’intéresse personne ! »
Elle déplore aussi que l’on ne reconnaisse pas les diplômes du pays d’origine. Son mari était ingénieur électricien, il a fini par trouver du travail dans sa branche, il a maintenant un CDI.
Avant de trouver un travail, il faut bien parler français. « Je dois sortir pour parler, mais ici je n’ai pas d’amis. Je connais seulement une autre famille irakienne qui est ici depuis 12 ans et qui m’a bien aidée. »

Bushra est satisfaite de l’école en France, mais ne comprend pas que sa fille, en classe de 3°, qui parle déjà 3 langues, français, anglais et arabe, soit obligée d’apprendre l’espagnol en plus, car l’arabe n’est pas accepté comme seconde ou troisième langue.

Avec ses enfants, Bushra participe aux activités du centre Mandela.

A Besançon, dans les administrations certaines personnes parlent très vite, mais, heureusement, pas toutes.
« Il n’y a pas d’interprètes en langue arabe, ce serait bien. Et aussi si les papiers, pour l’OFPRA, la CAF, étaient traduits en anglais, ce serait plus facile quand on arrive et que l’on ne comprend rien, mais maintenant ça va ! »

Bushra et sa famille ont obtenu le statut de réfugié politique.

« Il faut sortir, ne pas rester à la maison, mais je n’ai pas d’amies françaises à qui parler. Une autre famille irakienne doit arriver bientôt à Besançon, nous allons les accueillir, les aider. »

Partager cette page :
  • Qu’est-ce qu’un réfugié ?

    « Un réfugié est une personne qui, ‘‘ craignant avec raison d’être persécutée du fait de sa race, de sa religion, de sa nationalité, de son appartenance à un certain groupe social ou de ses opinions politiques, se trouve hors du pays dont elle a la nationalité et qui ne peut ou, du fait de cette crainte, ne veut se réclamer de la protection de ce pays ’’. (Convention de 1951 relative au statut des réfugiés).

  • Oui, la vie associative m'a beaucoup aidée

    Je suis Congolaise. Quand je suis venue en France en 2000 le pays s‘appelait encore le Zaïre. Le pays a changé de nom lors du changement de régime en 1997, il est redevenu Congo.

  • L'AFCAR

    L'association Franc-comtoise d'assistance aux réfugiés, l'AFCAR. «L'AFCAR» s'est créée dans les années 1980, à Besançon .

  • A.G.I.R. ensemble, un plaisir partagé

    AGIR : une équipe solide et motivée propose des cours de français. Des personnes d'âges, de nationalités et de profils divers apprennent la langue. Des rencontres où chacun contribue à construire une société pluriculturelle.

  • Dimitri, originaire d’un pays de l’ex Union Soviétique

    Dimitri, originaire d’un pays de l’ex Union Soviétique,  est arrivé par hasard à Besançon, débarqué d’un camion par un passeur devant la préfecture, avec sa femme et sa petite fille de 2 ans, en novembre 2002.

  • Porfirio Diaz : l'oeil du cyclone

    Porfirio Diaz est un de ces demandeurs d’asile politique Chiliens qui arrivèrent en France suite au coup d’état de Pinochet en 1973.

  • « On a payé un passeur 5000 euros … »

    Avec son mari, ils vivent dans l’angoisse d’un 3° refus et d’un éventuel nouveau départ, alors que leurs 2 enfants, nés ici, ne connaissent que Besançon.

  • Josué Becaro, réfugié italien (1850)

    Monsieur le Préfet,
    J’ai l’honneur d’en appeler à votre bonté, comme peut-être à votre justice en faveur d’un malheureux réfugié italien.