Seda, Turque, rejoint son père

Ce qui compte la plus pour elle, c'est d'être avec son père. Dans ce même village français, il y a deux autres familles turques arrivées quelques mois avant eux.

Seda* est née le 5 août 1968, dans un village en Turquie qui s'appelle Havrek, pas très loin d'Erzincan. Elle est une petite fille qui habite dans un village où il n'y a ni téléphone, ni électricité.

L'eau potable provient d'une petite fontaine où tous les villageois se servent pour leurs besoins quotidiens. A 10 km du village, son père a une petite épicerie. C'est la seule du coin. Seda adore y aller parce qu'elle peut se servir autant qu'elle veut de bonbons. En 1974, son père décide de vendre l'épicerie pour aller travailler en France comme maçon. Elle n'a que 6 ans lors de son premier départ. Cela fut très dur pour elle, mais il a promis de leur écrire tous les jours, ce qui la rassura un peu. De toute manière, elle n'a que ce moyen de communication.

 

turque1
Le village d'Havrek

 

Il les prévient de ses retours en Turquie trois mois à l'avance. Ces trois mois lui paraissent une éternité. Elle compte chaque jour qui reste avant son arrivée. Mais, en attendant, Seda vit avec ses quatre frères, sa petite soeur, sa mère et sa grand-mère. Elle ne va pas encore à l'école. Donc elle s'occupe comme elle le peut. Elle joue avec ses frères et sa soeur à des jeux traditionnels, comme avec les cartes, les cinq pierres, ou encore avec les toupies. Une fois que son père rentre, c'est le bonheur total, elle ne veut plus le quitter, même si elle sait qu'il doit repartir dans quelques jours. Il les couvre de cadeaux qu'il a achetés en France, de nouveaux vêtements et des jouets. Cela lui fait beaucoup plaisir. En 1976, Seda va à l'école, mais que pendant un an, car en 1977, son père décide de ramener ses enfants et sa femme en France, après avoir fait toutes les démarches nécessaires, les passeports, les examens médicaux... qui les autorisent à s'installer en France, elle ne veut pas partir, quitter le reste de la famille. Elle a peur de ne plus les revoir, elle est triste de partir.

Seda fait le voyage en train. Elle passe par plusieurs pays, dont la Bulgarie, la Yougoslavie, l'Autriche et l'Allemagne avant d'arriver en France. Après quatre jours de voyage, de fatigue, de tristesse, elle arrive à la gare de Besançon, où l'attend un autre train qui la conduira à Morteau. Puis, une fois arrivée à Morteau, un taxi les attend pour aller à Villers-Le-Lac. C'est le village où son père travaille, c'est là qu'il a trouvé un appartement. Il a déjà tout meublé, il ne manque rien sauf la télé. Elle est étonnée de voir tout ce que son père a fait pour eux. C'est une grande et agréable surprise pour toute la famille. Mais ce qui compte la plus pour elle, c'est d'être avec son père. Dans ce même village, il y a deux autres familles turques arrivées quelques mois avant eux.

A l'école, tout se passe bien pour Seda, les professeurs sont très gentils, ils l'aident beaucoup. Cela lui permet d'apprendre rapidement à lire, écrire et parler le français. Elle s'intègre très bien en France. Ses voisins de pallier y sont aussi pour quelque chose. Quelques années plus tard, elle part s'installer à Morteau avec sa famille où elle continue ses études. Tout se passe bien, elle est heureuse même si elle a toujours une pensée pour sa famille et Havrek. A Morteau, il y a beaucoup de familles turques, donc la plupart de ses amies sont turques.

En 1985, pendant les grande vacances, Seda part en Turquie à Havrek, pour rendre visite à sa famille. Au bout des trois semaines, elle doit retourner en France. Elle est heureuse et triste de repartir. De retour en France, elle va au lycée jusqu'à ses 18 ans, car ses parents ne veulent pas l'envoyer dans d'autres villes, contrairement à ses frères, pour qu'elle puisse continuer ses études. Elle décide alors de travailler. Elle commence par le métier de vendeuse dans une boulangerie. Entre-temps, sa famille s'agrandit, ses frères se marient. A son tour, elle se marie à l'âge de 19 ans avec un Turc venu d'Istanbul quelques années plutôt. A l'âge de 20 ans, elle devient maman : d'une petite fille en premier, puis d'une autre à 21 ans, et d'un petit dernier à 23 ans. Elle va tout les ans à Istanbul, car son époux a sa famille là-bas.

Quelques années plus tard, Seda déménage à Franois, mais elle n'y reste que deux ans. En 1996, elle part s'installer à Planoise où elle vit toujours avec sa famille. Depuis 1985, elle n'est jamais retournée dans son village d'origine, parce qu'elle n'a pas eu la possibilité d'y aller, malgré le fait qu'elle allait à Istanbul. Mais Seda a promis à ses enfants d'y retourner un jour avec eux.

 

* Seda est un pseudonyme

A. D.


Professeur organisateur : Alain Gagnieux

Partager cette page :
  • Les Kurdes en Turquie

    Sur 70 millions de Turcs, 15 millions environ sont kurdes. (Il sont 5 millions en Irak ; 6,5 en Iran, 1,5 en Syrie). Le Kurdistan turc est au sud-est de l’Anatolie . Capitale : Diyarbakir.

  • La laïcité en Turquie

    Elle a été imposée en Turquie par Mustapha Kemal, au pouvoir de 1922 à 1938.

  • Les Turcs en France

    Leur nombre est évalué à 400 000 environ (restés étrangers ou devenus français). C’est le sixième groupe d’origine étrangère résidant en France,