Mr X, marocain, rejoint sa femme

Sommaire


L’accueil

Les jeunes du quartier m’ont fait peur quand je suis arrivé là : ils m’ont dit : «  T’es un bledard et t’arrives pas à travailler avec les français ». « Tu viens de là-bas, tu as des idées de là-bas, tu n’arrives pas à t’intégrer ici ».   Mais j’ai prouvé le contraire, je travaille, j’ai des bonnes relations avec les français et même des portugais.

Mais je me défends quand ils me disent ça, je leur réponds aussi. Je leur dis : « Moi je suis un bledard du bled, mais vous, vous êtes des bledards d’ici, vous avez vécu ici, vous ne savez rien faire. » Je leur dis qu’ils sont des bledards d’ici parce qu’ils ont vécu ici, ils ont les moyens de faire quelque chose, mais ils traînent à droite, à gauche. La majorité ne réussissent pas les études ni au travail. Si les parents ne les nourrissaient pas, ils termineraient dans la rue. Ils ont une vue qui n’est pas comme la mienne. Ils disent qu’ils profitent de la vie, ils sont libres. Mais la liberté se termine quand ils touchent la liberté des autres. Et profiter ce n’est pas s’habiller en marques, ou bien acheter une belle voiture. On profite qu’on est jeune pour la vieillesse. On travaille beaucoup, pour économiser pour faire quelque chose dans la vie. Par exemple, devenir propriétaire d’une maison, ou bien quelque chose comme ça. Tu laisses à tes enfants quelque chose. Quand je leur dis ça, ils me répondent :  « Oh tu ne connais rien ».

Ils croient que ceux qui viennent de là-bas ils ne comprennent rien, que ce sont des arriérés ; c’est quelque chose comme ça.


Partager cette page :
  • Si tu travailles, demi-tour au Maroc

    Madame Z. arrive à Besançon en 1974 pour rejoindre son mari qui travaillait en France depuis 1957. Entretien avec M. et Mme Z et leur fille :

  • L'immigration marocaine en Franche-Comté et à Besançon

    C'est par l'histoire de l'immigration marocaine en France et plus particulièrement en Franche-Comté, puis par les témoignages de deux générations successives de Marocains résidents à Besançon que cette étude sera sillonnée.

  • Madame Boulanoire venue du Maroc en 1960

    Madame Boulanoire revient sur sa vie, de sa naissance au Maroc à sa venue en France pour rejoindre son mari qui était militaire.

  • Cœurs sans soucis...

    Je suis né à Beauvais dans l’Oise le 19 mars 1959. De père algérien et de mère algérienne, natifs tous les deux de Biskra dans les Aurès où ils se sont mariés en 1955. Mon grand frère Fayçal est né dans cette ville.

  • Epicerie sociale

    Partir pour retrouver les siens. Pour moi le voyage, c‘est un transfert de climat, une sorte de transformation qui se construit par des relations humaines.

  • Hajar la métisse : et pourquoi on ne changerait pas les choses?

    Rencontre à l'espace solidaire de Planoise lors de la préparation d'une table d'hôtes.

  • Un jour, il y a eu 2 contrats de travail pour l’étranger

    Je suis née au Portugal dans un petit village qui s’appelle Girabolhos en 1965. Nous sommes 5 enfants, 4 filles 1 garçon, 4 enfants nés au Portugal et la petite dernière née en France en 74 l’année où on est arrivés.