Mr X, marocain, rejoint sa femme - Ici et là-bas

Sommaire


Ici et là-bas

C’est calme ici. Quand je suis rentré en France, et même en Espagne, je découvre comme un nouveau monde. Ce n’est pas comme chez nous. La vie est plus accélérée que chez nous. Comme on dit : « Chacun pour soi et Dieu pour tous ; il faut courir pour vivre ». Et bien ce n’est pas comme là-bas. Là-bas, on est un petit peu solidaire. Même si tu n’as pas tout, il y a toujours un cousin, ou bien un oncle qui te donne un coup de main, ou bien qui te donne quelque chose. Ici il faut courir pour vivre. … Dans le bon sens. … Il faut travailler, il faut chercher pour que tu te défendes dans la vie. Il ne faut pas rester à attendre qu’on te donne quelque chose. Depuis mon arrivée ici, je n’ai jamais demandé de l’aide ou bien quelque chose. J’ai toujours travaillé et toujours partagé avec la maman et les frères. Je leur envoie un petit peu d’argent.

J’essaie de m’intégrer dans la société parce que je trouve ici des choses que je ne trouve pas là-bas. Ici je trouve la liberté dans le cadre du respect et la fraternité. J’ai même déjà fait une demande de naturalisation.

Partager cette page :
  • Un jour, il y a eu 2 contrats de travail pour l’étranger

    Je suis née au Portugal dans un petit village qui s’appelle Girabolhos en 1965. Nous sommes 5 enfants, 4 filles 1 garçon, 4 enfants nés au Portugal et la petite dernière née en France en 74 l’année où on est arrivés.

  • Cité Amitié: Témoignage de MM V, turcs, Monsieur : 27 ans, Madame : 25 ans

    Je suis venu en France en mai 2005 pour rejoindre ma femme et mon fils ; il était déjà né. Je suis venu pour ma famille.

  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • On est venus en contrat de migration

    M. et Mme El Garche, venus du Maroc, sont des habitants des tours de l'Amitié. Ils sont arrivés en France en 1970, et racontent les aléas du parcours de M. El Garche, ouvrier, chef d'équipe puis... chômeur et retraité.

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Cœurs sans soucis...

    Je suis né à Beauvais dans l’Oise le 19 mars 1959. De père algérien et de mère algérienne, natifs tous les deux de Biskra dans les Aurès où ils se sont mariés en 1955. Mon grand frère Fayçal est né dans cette ville.

  • Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE

    Plusieurs nationalités composaient cette population, par ordre de grandeur : portugaise, marocaine, algérienne, turque, yougoslave, tunisienne, espagnole, italienne.