Mr X, marocain, rejoint sa femme

Sommaire

« Je suis arrivé par regroupement familial. Mon épouse est de la même région du Maroc que moi. Je me suis marié là-bas au Maroc en 1997 et je suis arrivé en France en 2000. »

Les raisons du départ

Avant tout je suis le fils d’un immigré qui a travaillé pour la France depuis qu’il est allé à Alger. Mon père a travaillé en Algérie et après il est monté en France dans le Var, vers Toulon, avec la même entreprise, l’Etablissement B. Il faisait des fleurs. Il est retraité depuis l’année 1998 et il est décédé en 1999. Quand il est décédé, on l’a enterré au Maroc. Il n’a même pas profité de sa retraite.

Moi, je suis l’aîné de la famille, nous sommes huit. C’est toujours le plus grand qui prend la responsabilité des autres. Il faut que je travaille pour aider ma famille.

Je suis allé à l’école jusqu’au niveau Bac. Et c’est toujours moi ai qui pris la responsabilité de la famille parce que ma mère s’occupait des petits. C’est moi le plus grand. C’est pour ça que je n’ai pas terminé mes études ; c’est à cause de la responsabilité de mes frères. Après la mort de mon père, c’est moi qui ai été engagé pour les prendre en charge. Je suis venu en France toujours pour partager avec eux, pour qu’ils puissent vivre au Maroc comme tous les gens là-bas.

Celui qui me suit a une licence en histoire - géographie. Même s’il a la licence, il ne trouve pas de boulot. Peut-être que quand il terminera son stage, il va travailler. Le deuxième a son Bac et prépare son diplôme en électricité, comme un électricien d’industrie. Et le petit il va passer son Bac cette année. Et les sœurs sont toutes mariées. Parce qu’elles n’arrivent même pas au collège, elles sont mariées à l’âge de 16 ans, 17 ans. Ce n’est pas comme ici. Ce sont les parents qui décident parce qu’ils disent qu’ils ont confiance ou bien qu’ils aimeraient bien marier leurs filles de leur vivant. Ici, je maintiens ma famille aussi. Oui, parce que si je reste là-bas, peut-être ils ne terminent pas leurs études, ou bien … Il y a des moments où tu tombes malade et tu n’as même pas d’argent pour acheter des médicaments.

Comme tout le monde, je cherche à aller au mieux parce que là-bas nous sommes d’une région désertique et il n’y a rien à faire. Je viens du sud du Maroc. Il y a la sècheresse qui ravage tout, il n’y a rien. Avant, je n’avais pas l’idée de venir parce que je cherchais à faire quelque chose là-bas. J’ai voyagé dans les villes pour travailler, comme tous les gens. J’ai fait un petit peu de commerce mais toujours il n’y avait pas assez pour la famille, je n’y arrivais pas. Après j’ai pensé à entrer ici ; et quand j’ai eu l’occasion, je ne l’ai pas raté, je suis venu ici.

Comme tous les jeunes, tous les jeunes de là-bas aimeraient aller en occident ; pas seulement en France, mais aussi en Espagne ou en Angleterre. Même maintenant, il y a des jeunes qui rêvent de venir ici. Et les clandestins qui meurent dans la mer, c’est parce qu’ils veulent immigrer en occident.

Là-bas on voit les jeunes vacanciers qui viennent d’ici. Ça se voit qu’il y a une différence. Ils sont bien habillés, bien équipés, les voitures et tout. Quand on les voit, ça donne envie parce qu’ils ont les moyens comme on dit.

Ça va, j’ai presque la majorité de notre famille qui a immigré : mon oncle, mon cousin, mon autre cousin ; j’ai six ou sept membres de ma famille qui sont déjà là. Il y en a deux en Espagne, quatre en France. Il y a trois en Italie. On fait comme les oiseaux, on cherche la nourriture. Là-bas il manque les moyens. Ici il y a des possibilités. Si tu as un bon niveau, tu as des possibilités pour faire quelque chose. Il y a des centres de formation. Ce n’est pas comme là-bas. Là-bas si tu n’as pas les moyens ou si tu n’as pas, par exemple quelqu’un qui te donne un coup de pouce, tu n’as rien.




L’accueil

Les jeunes du quartier m’ont fait peur quand je suis arrivé là : ils m’ont dit : «  T’es un bledard et t’arrives pas à travailler avec les français ». « Tu viens de là-bas, tu as des idées de là-bas, tu n’arrives pas à t’intégrer ici ».   Mais j’ai prouvé le contraire, je travaille, j’ai des bonnes relations avec les français et même des portugais.

Mais je me défends quand ils me disent ça, je leur réponds aussi. Je leur dis : « Moi je suis un bledard du bled, mais vous, vous êtes des bledards d’ici, vous avez vécu ici, vous ne savez rien faire. » Je leur dis qu’ils sont des bledards d’ici parce qu’ils ont vécu ici, ils ont les moyens de faire quelque chose, mais ils traînent à droite, à gauche. La majorité ne réussissent pas les études ni au travail. Si les parents ne les nourrissaient pas, ils termineraient dans la rue. Ils ont une vue qui n’est pas comme la mienne. Ils disent qu’ils profitent de la vie, ils sont libres. Mais la liberté se termine quand ils touchent la liberté des autres. Et profiter ce n’est pas s’habiller en marques, ou bien acheter une belle voiture. On profite qu’on est jeune pour la vieillesse. On travaille beaucoup, pour économiser pour faire quelque chose dans la vie. Par exemple, devenir propriétaire d’une maison, ou bien quelque chose comme ça. Tu laisses à tes enfants quelque chose. Quand je leur dis ça, ils me répondent :  « Oh tu ne connais rien ».

Ils croient que ceux qui viennent de là-bas ils ne comprennent rien, que ce sont des arriérés ; c’est quelque chose comme ça.




Parcours

Dès que je suis venu, je suis allé chercher dans les agences intérimaires. J’ai travaillé un an dans la même entreprise en intérim et après le patron m’a proposé l’embauche directe. J’y ai travaillé de 2000 jusqu’à fin 2005. Elle m’a envoyé à Dijon pour faire un stage de canalisateur au GRETA.
Après l’entreprise a déposé le bilan et c’est comme ça que je me suis retrouvé sans travail. Quand je suis allé voir l’ANPE, elle m’a envoyé m’inscrire à l’AFPA pour faire une formation de maçon, de niveau V. Je l’ai passé, et je l’ai eu.
Et maintenant je travaille comme intérimaire ; en tant que maçon ou bien canalisateur. Je ne trouve pas ça, je fais ça. Je cherche à être embauché. J’ai fait des demandes dans des grosses entreprises pour me faire embaucher.

Je travaille, je suis tranquille avec ma petite famille. Et j’essaie de faire ma place avec les gens du quartier. Je discute, je participe s’il y a une manifestation parce qu’ici, il faut que tu prennes ta place dans la société.
Je pense faire quelque chose ici. Je ne sais pas. Peut-être dans un avenir proche, j’ai pensé faire un projet, une petite entreprise ou quelque chose comme ça. J’ai déjà proposé à ma femme de faire une crèche, ou bien une petite entreprise de ménage pour travailler en couple. Mais j’attends l’occasion, j’essaie de ramasser un peu d’argent et puis je m’engage à faire quelque chose.




Ici et là-bas

C’est calme ici. Quand je suis rentré en France, et même en Espagne, je découvre comme un nouveau monde. Ce n’est pas comme chez nous. La vie est plus accélérée que chez nous. Comme on dit : « Chacun pour soi et Dieu pour tous ; il faut courir pour vivre ». Et bien ce n’est pas comme là-bas. Là-bas, on est un petit peu solidaire. Même si tu n’as pas tout, il y a toujours un cousin, ou bien un oncle qui te donne un coup de main, ou bien qui te donne quelque chose. Ici il faut courir pour vivre. … Dans le bon sens. … Il faut travailler, il faut chercher pour que tu te défendes dans la vie. Il ne faut pas rester à attendre qu’on te donne quelque chose. Depuis mon arrivée ici, je n’ai jamais demandé de l’aide ou bien quelque chose. J’ai toujours travaillé et toujours partagé avec la maman et les frères. Je leur envoie un petit peu d’argent.

J’essaie de m’intégrer dans la société parce que je trouve ici des choses que je ne trouve pas là-bas. Ici je trouve la liberté dans le cadre du respect et la fraternité. J’ai même déjà fait une demande de naturalisation.

Partager cette page :
  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • Si tu travailles, demi-tour au Maroc

    Madame Z. arrive à Besançon en 1974 pour rejoindre son mari qui travaillait en France depuis 1957. Entretien avec M. et Mme Z et leur fille :

  • Cité Amitié: Témoignage de MM V, turcs, Monsieur : 27 ans, Madame : 25 ans

    Je suis venu en France en mai 2005 pour rejoindre ma femme et mon fils ; il était déjà né. Je suis venu pour ma famille.

  • Un jour, il y a eu 2 contrats de travail pour l’étranger

    Je suis née au Portugal dans un petit village qui s’appelle Girabolhos en 1965. Nous sommes 5 enfants, 4 filles 1 garçon, 4 enfants nés au Portugal et la petite dernière née en France en 74 l’année où on est arrivés.

  • On est venus en contrat de migration

    M. et Mme El Garche, venus du Maroc, sont des habitants des tours de l'Amitié. Ils sont arrivés en France en 1970, et racontent les aléas du parcours de M. El Garche, ouvrier, chef d'équipe puis... chômeur et retraité.

  • L'immigration marocaine en Franche-Comté et à Besançon

    C'est par l'histoire de l'immigration marocaine en France et plus particulièrement en Franche-Comté, puis par les témoignages de deux générations successives de Marocains résidents à Besançon que cette étude sera sillonnée.

  • 1973 : la France cherchait de la main d'oeuvre

    M. Kocaman, 63 ans, et sa fille, 43 ans, évoquent les étapes de leurs parcours de travailleurs immigrés, depuis l'entretien des forêts et des jardins jusqu'à la retraite, avec des difficultés pécuniaires fréquentes.