Un africain blanc à Besançon

Non, Ian Turner n’est pas albinos, il est issu d’Afrique du Sud, là où 10% de la population est blanche, et il fait partie de la minorité anglophone, (1/3 des blancs), et non pas afrikaner.

« Beaucoup de gens ignorent ici que l’on peut être blanc et africain. »
Oui, l’Afrique du Sud est bien un état, car on lui demande parfois de quel pays d’Afrique du sud il vient !

 

Ian avait 20 ans quand Nelson Mandela a été élu président de la république en 1994, mettant ainsi fin au régime d’apartheid entre les communautés. Ces deux mondes bien séparés ont donc été la réalité de son enfance.  
Naître ainsi à l’extrémité d’un continent doit donner envie de franchir les océans : très tôt Ian part découvrir le monde : l’Angleterre, dont il a la nationalité par son père, l’Asie, puis la France, où il rencontre Sophie, sa compagne.
Retour au pays en 2000, et un an plus tard il obtient son master en gestion de l’environnement En 2001  Sophie le rejoint pour 2 ans, au Cap d’abord, puis dans les montagnes où ils travaillent pour une association dans une réserve naturelle.

Arrivée à Besançon.

Sa compagne n’envisageant de vivre longtemps si loin de sa famille, le couple s’établit en 2004 à Besançon où elle a fait ses études. Le changement est brutal.
« C’était très dur, pas de perspective de boulot, on a touché le RMI tous les 2. »
La langue est une barrière pour Ian, et il perfectionne son français au CLA.
« Pour être accepté en France, il est important d’avoir un bon niveau en français. Et quand on vient d’Afrique, avoir une nationalité britannique et être blanc aide beaucoup ! »

Vie professionnelle et familiale à Besançon.

En juin 2005, il est embauché à énergie-cités , association des autorités locales européennes pour une politique énergétique locale durable et qui représente plus de 1000 villes dans 26 pays, dont Besançon.
« J’ai réussi parce que mon association est européenne, je travaille en anglais. Besançon n’est pas une ville internationale pour le travail. »
Maintenant que 2 enfants sont nés au foyer de Ian et Sophie, il regrette l’absence d’une école internationale à Besançon.
«  Mes enfants ne parlent pas beaucoup anglais, ce n’est pas la langue maternelle, et ils ont peu d’occasions. »

Son implantation à Besançon est confirmée par une vie associative et sportive riche.

Ian participe aux activités de l’association franco-kenyane Impala qui s’occupe de la protection de l’environnement au Kenya. Le développement durable, toujours, ici et là-bas, Ian est bien un éco-citoyen du monde.
La situation de Besançon proche de la nature lui convient, néanmoins les grands espaces de son pays lui manquent.

Ian retourne régulièrement en Afrique du Sud, revoir son pays, et aussi pour que ses enfants connaissent leur lointaine famille.

La suite de l’histoire n’est pas écrite, Besançon n’est peut-être qu’une étape, les envies et les projets ne manquent pas, le monde est vaste ….

Partager cette page :
  • Pour mon village

    0n est arrivé là-bas le soir. On s’est perdus parce qu’on était vraiment dans la brousse. Et dans la brousse, il n’y a pas de route.

  • APACA , promotion des arts et cultures d’Afrique

    L’APACA, l’Association pour la Promotion des Arts et des Cultures d’Afrique, est née en février 1996 à Besançon.

  • Migrations, études et difficultés financières

    Une étudiante guinéenne explique ce qui motive le choix des filières d'étude pour les étudiants africains.

  • Des premiers jours difficiles

    Je viens d’un pays d’Afrique et après avoir obtenu mon Bac comme beaucoup d’autres confrères africains, j’ai eu l’honneur de venir continuer mon cursus universitaire ici à Besançon.

  • Le PKA, sport et insertion

    Le PKA signifie Planoise Karaté Academy. C'est une association sportive et Planoise c'est le nom du quartier où elle est implantée depuis maintenant vingt ans, un quartier dit sensible à Besançon.

  • Mon Afrique, mes traces...

    Ces maux en moi qui ne veulent plus partir... ces maux qui sont nés avec moi et qui restent en moi... Comment arriver à les faire disparaitre

  • Conférence migrations et circulations transsahariennes

    Les migrations transsahariennes, de régionales, sont devenues internationales voire intercontinentales pour une minorité de Subsahariens.