1973 : la France cherchait de la main d'oeuvre - L´installation

Sommaire


L’installation

Mlle Kocaman : On était trois enfants quand on est venus. Mon frère, lui, est né ici en octobre 1975 ; il a 30 ans déjà. Moi je suis arrivée à 11 ans. C’était dur. Même si on ne faisait pas de bêtises, c’était la personne à côté qui faisait, c’était toujours nous. On venait frapper à la porte et c’était nous. C’était dur, c’était très dur.

Quand ils sont arrivés tout le monde était pareil. Ils ne parlaient pas beaucoup français. Avant les gens ne sortaient pas beaucoup. Ils avaient leurs gosses, ils étaient petits. C’est pareil pour tout le monde. Le mari travaillait, il y avait les gosses à la maison. Ils ne se voyaient pas beaucoup, c’est pas comme maintenant. Les gosses, ils sont grands. Avant aucune femme ne travaillait ici, sauf deux, trois, c’est tout. Ils avaient trois, quatre gosses ; ils s’en occupaient la nuit, le jour.

On a toujours habité à l’Amitié, là, nous. Moi j’ai loué un moment à Montrapon et puis je suis revenue ici. On est bien à l’Amitié. Des fois, il y a trop de bruit, mais autrement on est bien. Tout le monde est comme une famille.

Partager cette page :
  • Les Kurdes en Turquie

    Sur 70 millions de Turcs, 15 millions environ sont kurdes. (Il sont 5 millions en Irak ; 6,5 en Iran, 1,5 en Syrie). Le Kurdistan turc est au sud-est de l’Anatolie . Capitale : Diyarbakir.

  • La laïcité en Turquie

    Elle a été imposée en Turquie par Mustapha Kemal, au pouvoir de 1922 à 1938.

  • Les Turcs en France

    Leur nombre est évalué à 400 000 environ (restés étrangers ou devenus français). C’est le sixième groupe d’origine étrangère résidant en France,

  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Qu’est-ce que l’insertion ?

    L’insertion se joue au niveau social. On parle d’insertion lorsqu’un groupe minoritaire entre dans une société. L’insertion désigne ce processus, et elle s’oppose donc à l’exclusion, qui est le processus inverse, de rejet à la marge de groupes ou d’individus minoritaires.