On est venus en contrat de migration - Travail et Formation

Sommaire

Travail et Formation

 

M. El Garche : J’ai suivi des cours de français. C’est obligé parce que moi j’ai fait les études au Maroc, mais je n’ai pas de diplôme. Je ne voulais pas moi, je n’aime pas l’école. Mais je sais écrire pour l’administration, ou pour l’ambassade. Comment dire ? C’est mon secrétaire : j’ai tout là-dedans, dans la tête, mais je n’aime pas l’école. J’ai même appris un peu le hollandais, un peu d’anglais, un peu latin, la langue internationale, l’esperanto, j’ai appris un petit peu. J’achète des bouquins et puis je fais les études. Du moment que j’ai rien au boulot. Je ne vais pas au café ni au Tiercé.

Avant je suis allé au GIM, au centre de développement professionnel. Et puis dans chaque secteur ils passent et moi j’ai pris le travail avec les études et oral.
Quand on trouve quelqu’un, un dessinateur ou architecte, on parlait avec les papiers : alors voilà le français, voilà la grammaire elle est juste…  Et puis quand tu trouves un gars qui est oral, tu parles à la bouche, pour qu’il apprenne. Mais pas écrite, rien que l’oral : attention là, fais gaffe ici, le danger... Il explique…

Alors moi j’ai appris en français, j’ai appris en arabe…. Et je peux faire la traduction. Comme il est venu un Saoudien au service des achats chez B. qui ne savait ni le français, ni l’anglais. Au standard, il n’y a pas de secrétaire qui parle arabe et qui peut traduire. Alors le responsable du personnel avec le directeur sont venus me chercher pour faire la traduction. Au service des achats, il y a des bilingues anglais, des bilingues allemands, mais pas de bilingue arabe.

 

Partager cette page :
  • Mr X, marocain, rejoint sa femme

    « Je suis arrivé par regroupement familial. Mon épouse est de la même région du Maroc que moi. Je me suis marié là-bas au Maroc en 1997 et je suis arrivé en France en 2000. »

  • Photos des Espagnols construisant la Rhodia en 1954

    "En 1954, j'avais 14 ans et ces ouvriers, je pensais que c'était des italiens. Mais un ouvrier lyonnais qui était responsable de l'installation de l'électricité m'a dit "ce sont des Espagnols".

  • Je ne pensais pas que je partirais pour toujours

    Je suis née à Supersano à 40 km de Lecce dans les Pouilles au sud de l’Italie. Supersano est un village de 5 000 habitants où entre 11 et 15 ans j’ai surtout appris à broder, mais de temps en temps j’allais aussi ramasser des olives.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.

  • Les travailleurs immigrés à Besançon, d'après le travail d'Aimée Bouilly en 1970

    En 1970, Aimée Bouilly, étudiante à l'Université de Franche-Comté, rédige l'une des premières enquêtes sur les travailleurs immigrés en Franche-Comté et, plus précisément, au sein de la ville de Besançon.

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • "C'était un accord entre la France et la Turquie" 1973

    Mon père est arrivé en août 1973. La France cherchait de la main d’œuvre. Normalement il devait  venir travailler un petit peu et puis retourner, mais …