En 1952, M. Lazhari Khaoua quitte l'Algérie et arrive à Besançon - Les immigrés à Besançon

Sommaire

Les immigrés à Besançon

Tous les Algériens de Besançon étaient du même coin, du Constantinois, d’Aïn Beïda, d’Aïn Fakroun, de Khenchela…. Au début, ils ne savaient pas qu’il n’y avait pas de boulot, rien du tout, mais ils venaient quand même, pour voir, et puis, je crois que deux ou trois ans après, il y avait du travail pour tout le monde.
Les Algériens, les Africains, logeaient tous au « triage », derrière la rue Clemenceau, dans des wagons de marchandises. Il y en avait aussi à la Mouillère, à la Tour Carrée de Battant. Et dans des baraques en bois, des casemates. J’ai été plusieurs fois pour voir. Il faisait froid, il n’y avait pas de lumière, pas d’eau. Rien du tout. Des gens qui travaillaient et puis après le boulot qui rentraient avec des bottes, ils avaient de la boue jusqu’aux genoux. Personnellement, je n’ai pas connu beaucoup de misère par rapport à ceux qui étaient au triage ou dans les casemates.
Quand je suis arrivé ici, je suis moi aussi allé au « triage ». Je suis resté quelques jours là, puis je me suis mis à chercher du boulot. Il y avait de la misère. Heureusement, les Nord-Africains ont été beaucoup aidés par M. Jean Carbonare, l’abbé Chays et M. Pfister. J’ai été voir M. Carbonare. Il est venu avec moi aux Mines de Blanzy et le directeur m’a pris à l’essai.
Je ne savais ni parler, ni lire ni écrire le français. Je me rappelle, quand je suis arrivé en France, je ne savais pas comment vous appeliez le pain ; il fallait que j’aille voir quelqu’un qui parlait français, qui me disait comment on appelait le pain ! Après le travail, j’allais prendre des cours le soir dans la rue d’Arènes, avec Mlle Karrer, pendant trois ans et demi. Je crois qu’on était à peu près une vingtaine. L’arabe, on était quatre ou cinq qui savions le lire. Et puis les autres, ils ne savaient ni lire ni écrire, ni en arabe ni en français.

Partager cette page :
  • Les casemates (1945-1956)

    Les premiers algériens venus travailler à Besançon après la guerre de 1945 ont logé dans ces fortifications rue d'Arène jusqu'à ce que la Municipalité les fasse murer en 1956 après la construction du foyer d'hébergement de la rue Clémenceau.

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...

  • Les immigrés et la crise du logement 1950

    "Les 65 travailleurs nord-africains, sont logés gratuitement par l’entreprise dans les conditions suivantes : 49 Nord-africains dans 11 petites baraques en bois désaffectées, 16 Nord-africains dans 2 fourgons de la S.N.C.F. stationnés sur une voie de la gare de triage"

  • Les Founottes, cité de l'Escale

    Certaines familles algériennes s’étaient regroupées sur un terrain vague et isolé, à l’extérieur de la ville au lieu-dit “les Founottes”.

  • Ouvriers nord-africains en 1950

    Les journaux régionaux sont quasiment muets sur les conditions de travail des ouvriers Nord-Africains. Voici une exception.

  • 1952 : création de l'AATEM. Jean Carbonare

    Chaque jour, il croise des travailleurs d’origine algérienne. Il apprend qu'ils logent comme des rats, dans les casemates des anciennes fortifications de la ville

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,