Le PKA, sport et insertion

Le PKA signifie Planoise Karaté Academy. C'est une association sportive et Planoise c'est le nom du quartier où elle est implantée depuis maintenant vingt ans, un quartier dit sensible à Besançon.

Planoise Karaté AcademyMais le PKA c'est bien plus qu'une simple association sportive où des jeunes viennent consommer du karaté et repartent. Le PKA c'est d'abord des bénévoles dynamiques, qui s'impliquent dans la vie culturelle et sociale des jeunes et du quartier, c'est un lieu de vie et d'épanouissement au coeur de Planoise. Rencontre avec Aly Yugo, le professeur du PKA, un passionné de karaté, bien sûr un militant du sport social aussi et surtout un modèle un frère pour bon nombre de petits et grands karatékas en herbe.

 

Ecoutez des extraits de l'émission de Radio Sud réalisée par Isabelle Balard consacrée au PKA

Rencontre avec Aly Yugo dans l'émission "Le Monde est Petit" sur France 3

Partager cette page :
  • Une certaine idée de la France

    « Quand j’étais enfant, dans mon village au Congo, j’ai su que plusieurs de mes grands-oncles avaient fait la guerre en France, la grande, celle de 14-18, puis celle de 40 et d’Indochine.

  • Migrations, études et difficultés financières

    Une étudiante guinéenne explique ce qui motive le choix des filières d'étude pour les étudiants africains.

  • Un africain blanc à Besançon

    Non, Ian Turner n’est pas albinos, il est issu d’Afrique du Sud, là où 10% de la population est blanche, et il fait partie de la minorité anglophone, (1/3 des blancs), et non pas afrikaner.

  • Pour mon village

    0n est arrivé là-bas le soir. On s’est perdus parce qu’on était vraiment dans la brousse. Et dans la brousse, il n’y a pas de route.

  • Conférence migrations et circulations transsahariennes

    Les migrations transsahariennes, de régionales, sont devenues internationales voire intercontinentales pour une minorité de Subsahariens.

  • Mon Afrique, mes traces...

    Ces maux en moi qui ne veulent plus partir... ces maux qui sont nés avec moi et qui restent en moi... Comment arriver à les faire disparaitre

  • De la Championne sportive à la femme d’affaires

    Je m’appelle Isabelle SOME. J’avais 14 ans, et je vivais ma vie de collégienne à Bobo-Dioulasso, au Burkina Faso. C’était un âge d’or car, avec mes trois frères, mes amis, et l’ambiance juvénile de notre naïveté, ... que de bonheur ! J’étais championne nationale du 100 mètres, une gloire locale. Mon père, dans ses activités agro-pastorales, avait des chevaux qu’il louait aux touristes pour des promenades.