Jardins familiaux

L’association Les Jardins familiaux existe à Besançon depuis 1896. C’est l’abbé Jules Lémire, député du Nord, qui est à l’origine de ce concept, rappelle Ludovic Ellena, permanent aux Jardins familiaux.

Les ouvriers pouvaient dès lors cultiver leur lopin de terre.

 

A Besançon, Les Jardins familiaux comptent aujourd’hui 350 adhérents qui louent une parcelle à l’année. Environ 10 hectares sont réservés à cet usage à travers 14 sites situés dans les différents quartiers : Rosemont, Planoise, La Vaite, Port Douvot, La Gare d’Eau… Un nouveau site va bientôt être créé sur Palente.

"Tellement bien ici"

jardins familiauxIl est né loin, très loin du quartier, il n’y habite pas, et pourtant Mohamed Babana peut être considéré comme un vrai “Rosemontois”. Cela fait 26 ans, en effet, que ce retraité d’origine marocaine, domicilié à Planoise depuis 1969, cultive la même parcelle des jardins familiaux de Rosemont-Vignerons.

Un espace de 250 m2 qu’il fréquente quotidiennement et dont il connaît chaque motte de terre pour les avoir tant et tant retournées. Petits pois, carottes, poireaux, navets, choux, oignons, courgettes, pommes de terre… : autant de légumes utilisés régulièrement par madame pour son délicieux couscous maison. « Elle m’accompagne parfois mais, en général, je viens seul », précise l’ancien maçon. « C’est un passe-temps agréable et puis j’apprécie de consommer mes propres produits cultivés naturellement. »

Parfaitement intégré dans la petite communauté (56 parcelles au total) tranquille des “Vignerons”, authentique mosaïque de nationalités (turque, espagnole, algérienne, bosniaque, marocaine, portugaise…) et de situations (retraité, profession libérale, demandeur d’emploi, ouvrier…), composée avec une volonté affichée de mixité sociale par la commission Attribution de l’association des Jardins familiaux, Mohamed Babana a suivi attentivement la restructuration du site. « Des allées redessinées et goudronnées, des composteurs, des réservoirs de récupération d’eau et une petite cabane en bois pour chacun, c’est le rêve. Rien à voir avec la période où il fallait apporter ses outils et surtout repartir avec, de peur de les voir disparaître dans la nuit. »

Et le plus ancien locataire des lieux de lâcher dans un sourire : « Je suis tellement bien ici que, même si la cotisation (75 euros en 2007) augmente un peu, je serai encore là l’année prochaine. »

Partager cette page :
  • Un jour, il y a eu 2 contrats de travail pour l’étranger

    Je suis née au Portugal dans un petit village qui s’appelle Girabolhos en 1965. Nous sommes 5 enfants, 4 filles 1 garçon, 4 enfants nés au Portugal et la petite dernière née en France en 74 l’année où on est arrivés.

  • Immigration et travail à Besançon (depuis 1945)

    Depuis la 1° Guerre mondiale, événement fondateur sur cette question, et jusqu’aux années 70, l’appel à la main d‘oeuvre étrangère a été une constante de l’économie française. Besançon n’échappe pas à la règle.

  • Histoire de Baba, ancien combattant Marocain

    Je voudrais témoigner de la vie d’un homme qui s’appelait Baba, c’est son prénom. De nationalité marocaine, berbère originaire de Kenifra dans le moyen Atlas… je voudrais qu’il reste une trace de sa vie parce que de traces matérielles il ne reste malheureusement plus grand-chose.

  • Note historique : L'immigration portugaise en France

    L’immigration portugaise en France est récente (la fin des Trente Glorieuses) et massive. Pourquoi cet afflux torrentiel en 1960-75 ? Pourquoi vers la France ?

  • Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins

    En un temps où la télé et les radios locales n’existaient pas, la presse locale était la seule information de nos concitoyens. Il est donc important de voir quelle place elle accorde à tout ce qui concerne ceux qu’elle appelle les Nord-Africains

  • Algérie : témoignage de M. Merzoug Hakkar

    Merzoug Hakkar est l'un des premiers Algériens arrivés à Besançon. C'était en 1957. Il témoigne ici de son parcours et de l'accueil qu'il a reçu.

  • La Tunisie est son « pays d’enfant »

    Colette Sala ne sait pas ce que veut dire « être d’un pays » mais la Tunisie où elle est née est son « pays d’enfant », il ne lui appartient pas, elle n’en parle pas la langue et cependant elle se sent très émue et concernée par ce qui s’y passe politiquement…