L'association "Femmes d'ici et d'ailleurs" assure le lien

Née le 8 mars 2005, l'association «Femmes d'Ici et d'Ailleurs Franco Méditerranéennes» a choisi de s'investir et d'agir dans nos quartiers «à karshériser».

Elle souhaitant surtout favoriser les échanges entre les différentes communautés et les différentes générations.

 

«Femmes d'Ici et d'Ailleurs» propose des moments conviviaux, des actions culturelles, ou sociales. Une jeune association qui s'est vue fortement mobilisée au moment de ce que l'on a appelé la crise des banlieues en novembre 2005. Et, «Femme d'Ici et d'Ailleurs» ce sont surtout des femmes qui ont envie d'êtres utiles, présentes, des femmes dynamiques et généreuses : Fatima Demougeot est la présidente d'honneur de l'association, Fatna Hanifi, la présidente, et Zineb Allouche, la trésorière, toutes trois ont accepté de nous raconter l'histoire et le quotidien de l'association.

 

Extraits d'un reportage de Radio Sud réalisé par Isabelle Balard (avril 2006):

Fatima Demougeot, Fatna Hanifi et Zineb Allouche reviennent sur la création de l'association et la volonté de mettre en valeur la double identité des personnes issues de l'immigration.

Une association pour donner la parole aux femmes et aider celles en difficultés.

Partager cette page :
  • J’ai vu des yeux pleins de haine …

    « Dans le bus, une dame a mis son sac à côté d’elle pour m’empêcher de m’asseoir ! 
    Nous sommes très exposés, nous les Noirs, j’ai vu des yeux pleins de haine. »

  • Une arrivée à Besançon difficile …

    Marie-France, Camerounaise, est arrivée début 2009 à Besançon, suite à une séparation difficile d’avec le père de son dernier enfant, devenu violent.

  • Si tu me lâches, je suis perdue, je ne sais même pas comment rentrer

    Yamina m’accueille avec douceur et réserve. Peu à peu, la distance se dissout, nous nous rencontrons.
    Au Maroc, elle avait 5 frères et 3 sœurs. Elles est arrivée en France en 1979, en août.

  • J’avais de plus en plus l’impression que j’étais son esclave

    Mme T. est née au Cameroun en octobre 1972. Issue d'une famille de cinq enfants, elle a fait ses études au Cameroun, et y a travaillé comme institutrice puis surveillante dans des lycées. Elle avait deux enfants de 11 et 17 ans.

  • On écrit nous-même notre histoire

    S'il vous arrive de manquer de force ou de volonté, si vous avez un passage à vide, plongez-vous dans l'histoire de Samira. « On écrit nous-même notre histoire, il ne faut pas laisser d'autres l'écrire à notre place » nous confie-t-elle. Et c'est ainsi que la vie peut s'organiser et c'est ainsi que même les obstacles deviennent partie de notre histoire, de même que nos réussites.

  • C'était une véritable loterie, mon départ d'Algérie

    D. est secouée par le fou rire en essayant désespérément de retrouver sur le téléphone portable les photos que son mari vient de prendre au bled (Guelma).

  • Guadeloupéenne et Vietnamienne

    « Je suis métisse... Ma mère avait trahi sa patrie. » Madame Lang témoigne de son enfance extrêmement difficile au Vietnam, jusqu'à son installation en Franche-Comté.