Immigration et pratiques religieuses à Besançon

Sommaire

L'immigration en France fut d'abord une nécessité (besoin de main d'œuvre, reconstruction du pays, enrailler la baisse démographique...).

Européenne puis coloniale, l'immigration s'ouvre et se diversifie depuis la fin des années 1960 avec la reprise de l'immigration espagnole, l'essor des venues des Algériens, des Portugais, des Marocains, l'apparition d'une immigration noire africaine, turque et asiatique. À cette « mondialisation des flux géographiques »(1) s'ajoute le caractère définitif de la présence des migrants sur le sol français (regroupement familial, restriction des flux migratoires, échec de la politique d'aide au retour...).
Ainsi sont rendues visibles les diverses traditions, coutumes, religions des migrants des différents pays. Cette mixité culturelle et confessionnelle est mise en évidence dans les politiques d'intégration de la fin des années 1970; la modification du « paysage religieux français »(2) de tradition judéo-chrétienne, ne doit ni remettre  en question la République laïque, ni être un élément de stigmatisation des populations immigrées.
En effet, la France est, depuis la loi de séparation de l'Église et de l'État de 1905, une République laïque qui repose, sur le plan juridique, sur trois principes; la lutte contre les formes de dominations de la religion sur l'État et sur la société civile, l'égalité des religions et des convictions (dont celle de ne pas croire), le respect de la liberté de conscience et de culte(3). Selon ces piliers, la laïcité française doit permettre aux citoyens de faire des démarches dans lesquelles ils n'ont pas le sentiment de renier leur appartenance à un culte(4).
De ce fait, la religion peut-elle constituer un frein à l'intégration des populations immigrées? Quelle est la situation des musulmans et des bouddhistes en France et à Besançon ?

 

 

(1) Najib Kawtar, Immigration et pratiques religieuses. La question de l'intégration. Les disparités de pratiques religieuses dans les quartiers de Besançon, mémoire de master 1 de géographie, Besançon, 2004-2005, p. 13.

(2) Selon le titre de Najib Kawtar, Immigration et pratiques religieuses. La question de l'intégration. Les disparités de pratiques religieuses dans les quartiers de Besançon, op. cit., p. 34 et d'après l'expression d'Alain Boyer, L'islam en France, PUF, Paris, 1998, p. 72.

(3) Selon l'entretien de Jacques Baudérot dans la revue Regards sur l'actualité, « État, laïcité, religion », n°298, La Documentation française, Paris, février 2004.

(4) Ibid.

 

Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Les enfants migrants dans le monde

    On estime qu’aujourd’hui, environ un tiers des migrants sont des enfants ou des jeunes de moins de vingt ans. Ils représentent une proportion de plus en plus forte du flux total annuel de migrants en provenance des pays en développement.

  • Qu’est-ce qu’un migrant ?

    Un migrant est une personne qui se déplace entre son pays et des pays étrangers, ou qui rentre dans son pays depuis l’étranger. Les raisons de la migration peuvent être diverses.

  • Passé et présent de la communauté juive de Besançon

    L'implantation juive à Besançon, passée et présente, marque des territoires différents ; à la boucle du Doubs, territoire de l'économie, de la finance s'oppose l'espace du religieux, de la vie communautaire autour de la synagogue, des anciens cimetière et « quartier juif » médiévaux.

  • Philippe Grenier, le député musulman de Pontarlier

    Philippe Grenier est un personnage hors du commun dans la vie franc-comtoise. Il s’était converti à l’islam quelques années avant d’être élu député de Pontarlier. Il s’opposait à la consommation d’alcool pour des raisons médicales…

  • Immigration: trois films d'animation contre les idées reçues

    Pour parer aux idées reçues sur les migrants, les demandeurs d’asile, les étrangers… l’eurodéputée Hélène Flautre (Europe Écologie – Les Verts) propose trois petites vidéos d’animation. Hautes en couleurs, elles sont surtout bien documentées, afin d’alimenter sainement le débat citoyen et de couper court aux préjugés.

  • Conférence: Frontières et migrations

    Conférence d'Alexandre Moine, professeur de géographique, Laboratoire Théma, Université de Franche Comté dans le cadre du cycle Tiers-Monde et développement: migration, émigration, immigration à l'époque contemporaine de l'Université Ouverte.

  • Une généalogie internationale

    Sept pays sont impliqués dans l’histoire familiale de mes petits-enfants Esteban et Nina

  • Migration et rapport à l’autre

    Quel est le bon « mot » : migration ou immigration ? La notion d’immigration est certes essentielle. Mais le mot de migration a le mérite de nous obliger à aborder cette réalité

  • Exposition Empreintes : 4 histoires de vie

    Nos ancêtres ont traversé les frontières, nous vivons là, mais nous sommes d’ailleurs, intrinsèquement témoins, malgré nous, des espaces cultivés de nos aïeux.