Jean-René Ovono Mendame, écrivain

Universitaire et écrivain gabonais, Jean-René Ovono-Mendame a posé sa plume à Besançon depuis novembre 2004.

Jean-René Ovono MendameIl a soutenu une thèse de doctorat en 2008, à l'Université de Strasbourg II, intitulée "Écritures de la modernité dans le roman africain contemporain". On pourrait tout à fait affubler l’auteur de ce titre.  Une écriture de la modernité dans le roman africain contemporain. Parfois audacieux parfois satirique mais toujours lyrique,  son style est singulier.
Il n’a de cesse de s’interroger et de nous interroger sur l’alliage tradition et modernité. Si son premier roman parue en 2004 à un ancrage anthropologique fort, le second et dernier à ce jour paru en 2007 à une tonalité plus sociopolitique.
Comment trouver cet équilibre universel entre vieillesse et jeunesse, une coexistence pacifique et positive ? comment poser des actes bénéfiques pour servir l’humanité, s’impliquer positivement dans cet échange…et «empêcher l’universalitation du mal» entrave à l'épanouissement de l'humain «nanti de capacités réelles».
Cette quête de l’altérité est un fil conducteur dans ses écrits et tisse à ce jour deux belles histoires, deux romans, la flamme des crépuscules et le savant inutile, tous deux parus chez l’Harmattan en 2004 et 2007. Un univers vivant qui ne laisse pas indifférent Il revient sur son parcours d’homme et d’écrivain, lui aussi parfois semé d’embuches… le cœur, l’âme, les compétences ne suffisent pas toujours.
Rencontre avec un acteur de la francophonie, un amoureux de la langue d’Hugo…

Rencontre avec un auteur singulier
Extraits d'un reportage réalisé par Aurélien Bertini (novembre 2008)

Venu à l’écriture par une forte envie de partage, née notamment de ses moments passés dans sa jeunesse avec des sages au Gabon, Jean-René Ovono-Mendame  tente aujourd’hui de transmettre toutes ces choses qu’il  a appris à leur côté.  Une page ici, une autre là ont amené le premier roman, la flamme des crépuscules, qui évoque la coexistence de deux valeurs déliées, deux générations en Afrique, les anciens et la jeunesse.

Partager cette page :
  • Conférence : « L’intelligence interculturelle » avec Michel Sauquet

    Comment transformer la différence de l’autre en une opportunité pour enrichir notre engagement solidaire et concevoir nos projets ensemble ? Une conférence de Michel Sauquet organisée par RéCiDev.

  • Je crois que je me sens de plus en plus Bisontine

    Je crois que je me sens de plus en plus Bisontine.
    Par habitude ?
    Le temps a sans doute commencé à faire son œuvre !

  • Le legs et le socle

    Universitaire et écrivain, Jean-René Ovono Mendame a récemment soutenu une thèse de doctorat, à l'Université de Strasbourg II, intitulée « Écritures de la modernité dans le roman africain contemporain ».

  • Bita, Iranienne, depuis 34 ans à Besançon

    Je suis Iranienne. Je suis née à Téhéran le 1er novembre 1953.
    On était 2 soeurs. Je viens d'une famille assez aisée. Mon père était cadre, conseiller de 5 ministres du shah.

  • De l’étudiant au chercheur international

    Originaire du Soudan, Monsieur Makki arrive à Besançon le 22 août 1962 pour apprendre le Français au CLA (Centre Linguistique Appliqué), grâce à une bourse du gouvernement français, dans le cadre d’accords entre les deux pays. Il a 19 ans, n’a jamais quitté sa famille, et se destine à des études de pharmacie.

  • On est à la fois tous italiens et tous français

    Donc moi Charlotte Parini j’ai 47 ans cette année je suis française de père italien et mère française. Mon père est né en Italie mais a très vite vécu en France avec ses parents qui eux-mêmes étaient italiens et belges. En effet mon grand-père paternel était italien de la région de Milan et ma grand-mère paternelle était belge de père allemand et de mère italienne.

  • J'ai connu Besançon grâce à Stendhal

    Je suis né à Chien Jin sur les côtes de l’est de la Chine à 120 km de Pékin, il y a à peu près 10 millions d’habitants dans cette ville, c’est la 4e grande ville de Chine. Son industrie dépend surtout de sa position géographique : elle est située au bord de la mer donc elle dispose d’un des plus grands ports maritimes de l’Asie, elle sert de porte d’entrée à Pékin la capitale de la République.