APACA , promotion des arts et cultures d’Afrique

L’APACA, l’Association pour la Promotion des Arts et des Cultures d’Afrique, est née en février 1996 à Besançon.

Equipe APACA, photo Jean-charles Sexe, Ville de BesançonSon action culturelle est variée : littérature, peinture, sculpture, photographie, cinéma…Ce collectif crée du lien entre cultures d’Afrique, ressortissants africains, personnes œuvrant pour l’Afrique à Besançon et un public. L’association est une sorte de médiateur culturel, doté d’une farouche volonté de rapprocher une œuvre d’un public, de raccourcir cette distance entre des cultures, des acteurs et des spectateurs.
Cette envie se vérifie notamment lors du festival Lumières d’Afrique organisé par l’association. Il se tient chaque année au mois de novembre à Besançon. De nombreuses œuvres cinématographiques sont projetées pour autant de visions de logo Apacal’Afrique, celles d’ici, de là bas. Et ce pour tous les publics, initiés, non initiés. Cette 8ème édition a vu briller 10 jours durant 25 longs métrages, 12 courts métrages, 7 documentaires et 15 invité-e-s. Pour 2008 16 pays du continent africain étaient représentés. L’APACA comble ces espaces vides culturels en établissant un dialogue permanent entre des cultures et un public. Voilà plusieurs années que ces passionnés dessinent des espaces d’échanges et de rencontres interculturelles. Plus qu’un intermédiaire, l’association est désormais un levier vers la connaissance des cultures d’Afrique. Éclairage sur une association qui œuvre pour la démocratisation des cultures d’Afrique en toutes compétences…

 

Cultures d'Afrique au cinéma
Extraits d'un reportage réalisé par Aurélien Bertini (décembre 2008)

L’Association Pour la Promotion des Arts et des Cultures d’Afrique, l’APACA, organise le festival Lumières d’Afrique à Besançon. Gérard Marion, directeur de cet évènement, nous rappelle l’origine de la création de ce festival jusqu’à la présentation de la récente édition, la huitième, qui s’est tenue du 8 au 16 Novembre 2008.

Pourquoi parler d’Art Africain alors que ce continent dispose autant d’arts et de cultures que d’États indépendants au nombre de 58. L’Association Pour la Promotion des Arts et des Cultures d’Afrique, l’APACA, milite en ce sens avec un regard non pas étranger mais de l’intérieur par la réappropriation par la diaspora bisontine des richesses de ce continent.

L’avenir du festival, le sens du dialogue interculturel qui se vit comme un ancrage quotidien et le sens du mot culture pour notre invité jour vient clore ce bon moment passé avec Gérard Marion.

Le site de l'association: www.apacabesancon.com

Partager cette page :
  • Migrations, études et difficultés financières

    Une étudiante guinéenne explique ce qui motive le choix des filières d'étude pour les étudiants africains.

  • Du théâtre et de la pédagogie !

    Pourquoi une conception pédagogique ? Parce que la seule façon d’appréhender ce que vous ne maîtrisez pas, d’apprendre ce que vous ne savez pas, est de mettre en œuvre une démarche pédagogique.

  • Créer des passerelles entre les cultures sur un socle commun

    Aujourd’hui, à l’Espace – c’est un détail idiot, mais il faut quand même le savoir –, nous ne faisons quasiment pas de publicité, nous n’imprimons même pas d’affiches pour tous les spectacles

  • Cirque Plume, arts du cirque (video)

    Bernard Kudlak raconte dans le spectacle "Recréation" les raisons qui l'ont amené à faire du cirque (dans ce spectacle, chaque artiste vient au devant de la scène raconter les raisons qui l'ont amené à faire du cirque).

  • Conférence migrations et circulations transsahariennes

    Les migrations transsahariennes, de régionales, sont devenues internationales voire intercontinentales pour une minorité de Subsahariens.

  • Une certaine idée de la France

    « Quand j’étais enfant, dans mon village au Congo, j’ai su que plusieurs de mes grands-oncles avaient fait la guerre en France, la grande, celle de 14-18, puis celle de 40 et d’Indochine.

  • Des premiers jours difficiles

    Je viens d’un pays d’Afrique et après avoir obtenu mon Bac comme beaucoup d’autres confrères africains, j’ai eu l’honneur de venir continuer mon cursus universitaire ici à Besançon.