Sorahia, danse orientale

Par ses compétences -entretenues et enrichies d’années en années- et son enthousiasme communicatif, Sorahia participe au renouveau de la danse orientale.

SorahiaElle redore un blason terni par  les stéréotypes que lui affublent les occidentaux. La danse orientale est assurément un moyen d’expression qui permet «de sentir mieux dans son corps et mieux dans sa tête». Elle a créée son activité à 24 ans, elle qui depuis toujours, rêvait de devenir danseuse. Née en France de parents algériens, l’Algérie reste pour elle son pays même si elle n’y est jamais allée. Son appartenance à deux cultures, cet esprit d’ouverture sur le monde s’illustre par le fait de vouloir partager cette pratique artistique avec le plus grand nombre et de faire bouger les gens, les idées en reliant deux mondes, oriental et occidental, par le mouvement. La danse orientale, c’est son équilibre.  Changer le regard sur cette danse qui n’est pas qu’ondulation du bassin mais bien du corps et de l’âme tout entier, tel est le pari de Sorahia. Il se dit déjà qu’elle y parvient. Avec aisance et professionnalisme. Le tout dans la bonne humeur.

 

Sorahia, la danse orientale son élixir de jouvence.
Extraits d'un reportage réalisé par Aurélien Bertini (février 2009)



 

Sorahia
Partager cette page :