Abdellatif Targhaoui, conteur

Abdellatif Targhaoui a transformé le jeu des chaises musicales en un jeu des chaises conteuses. Celui où on n’enlève plus de chaises quand il en reste deux et qui se révèlent être celles qui incitent à conter.

Abdellatif TarghaouiNé dans un quartier de Casablanca au Maroc en septembre 1968, Abdellatif Targhaoui a migré  vers la France quelques mois plus tard. Son père, qui travaillait à Besançon depuis 1965 est venu chercher sa famille au début de l’année 1969 alors installée au Maroc. Une éducation française dans une vie privée marocaine. Le fameux cul entre deux chaises que ressentent beaucoup d’immigrés. Être balloté d’une culture à l’autre, être à la recherche de son identité. Cette position d’équilibriste l’a amené à réfléchir sur lui-même. Plutôt que de les opposer, Abdellatif Targhaoui à choisi de les rassembler. Du ni marocain ni français, il est passé au et marocain et français. Un français d’origine marocaine. C’est le conte qui lui a permis de prendre conscience de la richesse de ses origines. Le fait de préparer des contes sur l'Orient, l’a incité à se documenter sans cesse, jusqu’à prendre conscience de la richesses de ses origines. De cette source ont jailli les mots qui l’on aidé à se trouver, à créer un lien permanent France-Maroc. Abdellatif Targhaoui vit le conte. Il offre désormais des contes interactifs et musicaux de tout ordre, dans différents univers.  Il prend plaisir et en donne aux autres. Sur scène, c’est une multitude d’instruments qui peuvent prendre place sur son canapé : bombarde, caisse-claire, djembé, gembri, bendir, flûte celtique, Kora... dans un coin, il y a désormais un canapé, invisible à l’œil nu mais tendez l’oreille et vous comprendrez...Le conte est une ouverture et une aventure extraordinaire.  Abdellatif Targhaoui y participe grandement et nous convie au voyage.

 

La richesse des contes d’Abdel Grimm
Extraits d'un reportage réalisé par Aurélien Bertini (mars 2009)

AbdellatifTarghaoui
Partager cette page :
  • Si tu travailles, demi-tour au Maroc

    Madame Z. arrive à Besançon en 1974 pour rejoindre son mari qui travaillait en France depuis 1957. Entretien avec M. et Mme Z et leur fille :

  • Témoignage d'un ancien tirailleur marocain

    Monsieur B.B. Habite à Planoise,

    Je suis né dans un village de 3000 habitants dans le Nord du Maroc. Je ne connais pas la date exacte de ma naissance. A l'armée, le médecin m'a regardé et  a dit que ma date de naissance sera le premier janvier 1930, mais je pense être plus jeune.

  • On est venus en contrat de migration

    M. et Mme El Garche, venus du Maroc, sont des habitants des tours de l'Amitié. Ils sont arrivés en France en 1970, et racontent les aléas du parcours de M. El Garche, ouvrier, chef d'équipe puis... chômeur et retraité.

  • Hajar la métisse : et pourquoi on ne changerait pas les choses?

    Rencontre à l'espace solidaire de Planoise lors de la préparation d'une table d'hôtes.

  • L'immigration marocaine en Franche-Comté et à Besançon

    C'est par l'histoire de l'immigration marocaine en France et plus particulièrement en Franche-Comté, puis par les témoignages de deux générations successives de Marocains résidents à Besançon que cette étude sera sillonnée.

  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • Epicerie sociale

    Partir pour retrouver les siens. Pour moi le voyage, c‘est un transfert de climat, une sorte de transformation qui se construit par des relations humaines.