Karim Nezzar-Kebaïli, peintre et écrivain

Karim Nezzar-Kebaïli est né en 1966 à Besançon. De père Algérien et de mère Française, il se dirige très tôt vers l'écriture et la peinture. Dès 1983, il obtient le premier prix de poésie de l'Éducation nationale.

En 1988, il publie son premier roman Gouverner sa fièvre, qui lui vaut un beau succès d'estime. En 1991, il est diplômé des Beaux-Arts et devient la même année le plus jeune chef décorateur pour le cinéma. Il part pour l'université des Beaux Arts de Madrid durant deux années et, dès son retour, il travaille avec de grands réalisateurs comme Melvin Van Peebles ou Jean-Pierre Mocky. Des publcations suivront dans différentes revues culturelles ainsi que des expositions dans plusieurs pays d'Amérique du sud. en 2002, il ouvre sa galerie d'Art contemporain à Besançon et y expose « Dix années avec la couleur ». En 2003 est publié son roman Pas de nouvelles, bonnes nouvelles de l'au-delà.

 

 

Ecouter l'émission de Radio sud réalisée par Aurore Faivre à l'occasion de la parution du livre Couleurs solides coordonné par Soumya Ammar Khodja :
Présentation (26 s)

Ecrire sur l'Algérie (1 min 2)

Lecture d'un extrait du livre (2 min 42)

Partager cette page :
  • L'art de la passion

    Artiste-Peintre et Maître en arts Plastiques, Grazyna Tarkowska, née en Pologne, vit et travaille en France.
    Diplômée de l'Université Nicolae Copernic à Torun en Pologne, elle s'exprime par la peinture, la sculpture, des
    performances, le dessin et la poésie.

  • Je peux dire que je suis vraiment sauvé

    Francisco Marcolino a fui l'Angola pour l'Italie puis la France. Après avoir appris le français, il est aujourd'hui en 1ere bac pro et s'adonne à sa passion : la peinture.

  • Hsin-O Tsai, Vision de bonheur

    J'ai découvert l'exposition Encre et Couleurs, ce mois de février 2009, à la boutique Identité Café, au 9 rue d'Anvers, à Besançon.

  • Bruno Medjaldi, artiste peintre

    C'est une respiration permanente, profonde et régénératrice que s'est offert le parc des expositions de Micropolis l’été 2008. Une fresque au format imposant -7m de long sur 3m de haut- orne désormais un des halls d’entrée de ce lieu.

  • Didier Viodé, dessinateur

    "Etrangers sans rendez-vous" : la B.D. du migrant

  • Défendre sa culture : un crime passible de plusieurs années d’emprisonnement

    Tashi Gentsen était moine dans un monastère bouddhiste. Il a fui le Tibet pour avoir osé dessiner un petit drapeau tibétain parmi les drapeaux de prière traditionnels. C'était il y a 5 ans. Il est venu en France avec sa femme.