Rafik Harbaoui, conteur

Rafik Harbaoui est un conteur bisontin, un conteur du monde. Il est aussi ponctuation.

HarbaouiCelle qui sert à unir deux mots liés formant un mot composé comme dans grands-parents, Aller-retour  ou formant un passé à recomposer. Qui suis-je ? je suis, je suis…le trait d’union bien sûr. Il pourrait être ce trait d’union qui lie un néologisme : France-Algérie ou Algérie-France. Deux univers celui de la parole, et celui de la littérature se côtoient donc chez lui. L’Univers des mots en somme. C’est d’ailleurs dans ce département, à Beauvais plus précisément, qu’il voit le jour en 1959. À l’âge de 4 ans, il part pour Biskra en Algérie, accompagnant mère, frères et sœurs. C’est là-bas qu’il goûte aux ambiances du Maghreb, des odeurs, sans bruits, aux joies de la transmission orale, du conte. Quelques années après le regroupement familial à Besançon en 1968,  son envie de partage autour de sa double culture émerge. L’envie d’apporter un autre regard sur l’immigré s’impose. Rafik devient conteur. Mais il l’était depuis longtemps, depuis la nuit des temps trois petits points. Depuis sa panoplie s’est élargie. Il aborde de nombreux autres domaines mais toujours nous fait voyager. Avec philosophie et sagesse. Sacré soufi !

 

Aller sur le site de la Boutique du conte

Du bon usage des mots
Extraits d'un reportage réalisé par Aurélien Bertini (décembre 2008)

En 1981, le changement politique permet aux immigrés vivant en France de créer une association, droit refusé jusqu’alors. L’association Régionale du théâtre de l’immigration peut voir le jour dans le quartier de l’Amitié à Besançon. Rafik Harbaoui y participe, il se lancera en tant que comédien sur les planches. Il deviendra conteur un peu plus tard. Son propos fera régulièrement référence à sa double culture. Né à Beauvais en 1959, il accompagne sa mère en Algérie en 1963 après l’indépendance, à Biskra. C’est au pays des «Êtres humains de paroles et d’écoute» que le conteur d’aujourd’hui se dessine. Bercé par un univers de sons, d’odeurs, de paysages. C’est en 1968,  dès son retour à Besançon que ces mots enfouis en lui s’éveillent.



Son père choisit le regroupement familial en 68 à Besançon. Rafik revient donc en France. Son histoire est un trait d’union entre la France et l’Algérie. Après avoir conduit plusieurs ateliers théâtre,  il se plait à raconter des histoires. La création de la Boutique du conte en 1987 posera les jalons de cette nouvelle voie artistique.


Rafik a passé une partie de sa vie de conteur à essayer de changer le regard des Français sur les Algériens. Le conte apparait comme un outil souple et pertinent pour sensibiliser le plus grand nombre par le partage des mots.

Rafik Harbaoui


La vision de Rafik sur la situation des migrants en France. Une vision "pepsimiste".



Le soufisme est un mouvement spirituel, mystique, et ascétique de l'islam, une doctrine ésotérique apparue au VIIIe siècle. Cette forme de sagesse est  une façon pour notre conteur d’approfondir sa vision du monde. Sacré soufi est le titre donné à son dernier spectacle.


Le sens du mot culture pour Rafik Harbaoui.


Extrait d’un conte de sacré soufi...

 

 

harbaoui


Partager cette page :
  • Je suis assis dans un grand fauteuil Algérie-France : Entretien avec Kader Attou

    Les débuts de la compagnie de Kader Attou, Accrorap.

  • Couleurs solides

    S'ils ne sont pas exempts de regret, d'amertume, de critique, de déception, ces textes, qui disent le lien Algérie-France, méconnaissent la haine.

  • Sorahia, danse orientale

    Par ses compétences -entretenues et enrichies d’années en années- et son enthousiasme communicatif, Sorahia participe au renouveau de la danse orientale.

  • Entre deux aéroports

    Je ne pense ni à mes parents, ni à ce pays que je viens de quitter, tout est confus, je ne comprends pas vraiment la raison de notre départ.

  • Fayçal Salhi, musicien

    Des guns and roses à titi robin, il n’y a qu’un oud, celui de Fayçal Salhi.

  • Cœurs sans soucis...

    Je suis né à Beauvais dans l’Oise le 19 mars 1959. De père algérien et de mère algérienne, natifs tous les deux de Biskra dans les Aurès où ils se sont mariés en 1955. Mon grand frère Fayçal est né dans cette ville.

  • Soumya Ammar Khodja, écrivain

    Enseignante universitaire à Alger jusqu'en 1994, Soumya Ammar Khodja a planté sa tente à Besançon (jusqu'à la prochaine migration, qui sait?).