Henri Dikongué, auteur compositeur

Lorsque Henri Dikongué apparut sur la scène musicale en 1995, il fut célébré par tous comme un auteur-compositeur d´une rare finesse

henri dikongueSa voix, ses textes et ses mélodies l´inscrivent dans une tradition folk africaine qui réhabille avec talent les cultures les plus ancestrales (chants de pêcheurs, musiciens-voyageurs).   C´est le 6 décembre 1967 à Douala, au Cameroun, que naît Henri Dikongué. Issu d´une famille de musiciens, il apprend les rudiments avec les membres de sa famille. Avec sa grand-mère, il chante dans une chorale protestante du quartier de "la Briqueterie". Et, avec son oncle, il se forme à la guitare, son instrument de prédilection. Cependant, si la musique est essentielle dans son éducation, ses parents n´envisagent pas du tout que leur fils puisse en faire son métier.

Lorsqu´il a 23 ans, ses parents l´envoient étudier le droit en France, à l´université de Besançon. Mais, la musique prend le pas assez vite sur les cours. Il s´inscrit à l´école normale de musique de Paris. Dès cette époque, il tente de sortir un disque, mais sans succès. En revanche, il créé une troupe théâtrale, Masques et Tam-Tam, mêlant musique et théâtre. Pour l´occasion, il rencontre et travaille avec le comédien Martin Yog et les musiciens Alfred M´Bongo de l´ex-Zaïre et le franco-camerounais Manuel Wandji.   D´une troupe à l´autre, Henri Dikongué travaille ensuite avec Banthu Maranatha, chorale sud-africaine.  Henri Dikongué choisit finalement de s´installer définitivement à Paris en 1989, où il se perfectionne en guitare classique. Au cœur de la capitale, il est désormais aux premières loges pour profiter pleinement de l´intense activité musicale africaine et world-music en général, qui s´y est largement développée dans les années 80. Il travaille aux côtés des grands noms tels son compatriote Manu Dibango ou l´ex-Zaïrois Papa Wemba. Outre ces nombreuses expériences accumulées durant ses années parisiennes, Henri Dikongué continue d´écrire en vue de sortir enfin son album. Il s´avoue lui-même assez lent et plutôt minutieux, d´où de longues années avant de sortir son propre travail.

Ecouter l'émission de Radio Sud réalisée par Isabelle Balard consacrée à Henri Dikongué (8 min 12):

Partager cette page :
  • « Présidente d’une tontine pendant 7 ans… »

    Zem était secrétaire dans un ministère à Yaoundé, au Cameroun. Elle épouse un franc-comtois là-bas, et le couple s’établit en 2005 à Besançon, avec 2 de ses enfants que son mari a reconnu. Mais des problèmes liés à l’alcoolisme apparaissent chez lui, la violence conjugale s’installe et pousse Zem à partir.

  • J’ai vu des yeux pleins de haine …

    « Dans le bus, une dame a mis son sac à côté d’elle pour m’empêcher de m’asseoir ! 
    Nous sommes très exposés, nous les Noirs, j’ai vu des yeux pleins de haine. »

  • Un violoniste albanais à l'orchestre de Besançon

    « Partir d'Albanie pour connaître un pays où l'on peut s'exprimer librement... »

  • J’avais de plus en plus l’impression que j’étais son esclave

    Mme T. est née au Cameroun en octobre 1972. Issue d'une famille de cinq enfants, elle a fait ses études au Cameroun, et y a travaillé comme institutrice puis surveillante dans des lycées. Elle avait deux enfants de 11 et 17 ans.

  • Henri Dikongue : "Le droit ou la musique .." (vidéo)

    Henri Dikongue revient sur le choc de son arrivée à l’âge de 17 ans, en provenance du Cameroun, dans un lycée en Suisse.

  • Prendre de la hauteur

    Quand la montagne vous prend, elle s'empare de votre âme et c'est pour la vie. Preuve en est Sangé qui n'a jamais pu oublier ses montagnes népalaises. Elles ont d'ailleurs construit sa vie, ici, à Besançon. Elles l'emmènent dans le monde entier. Par-dessus tout, sa passion est partagée et elle lui donne une place dans la société.

  • José Shungu, musicien

    Musicien au sein d’un groupe La Cédille étiqueté Hip Hop aux influences jazz, blues, soul, animateur d’atelier rap et organisateur d’évènements culturels, José Shungu est un passionné de musique classique.