Ouvriers nord-africains en 1950

Les journaux régionaux sont quasiment muets sur les conditions de travail des ouvriers Nord-Africains. Voici une exception.

Lle 10 octobre 1950 l’hebdomadaire du Parti communiste le Peuple Comtois publie sous le titre : « L’exploitation des Nord-Africains », un article consacré au gros chantier ouvert pour enterrer les lignes téléphoniques. Vouloir payer les terrassiers en fonction du nombre de mètres de tranchée creusée, c’était pousser des hommes en quête d’un meilleur salaire à un surmenage évident. Voici un extrait :

 

L’exploitation des Nord-Africains
« Les Bisontins qui ont hanté ces dernières semaines la rue Gambetta et la rue des Granges ont pu juger de l’état dans lequel on mettait nos principales artères, qui ne seront rendues réellement viables que dans de longs mois.
Ils ont pu apprécier aussi combien étaient durs ces travaux, réalisés en grande partie par des travailleurs nord-africains, que l’on exploite férocement. Malmenés par un contremaître qui a oublié qu’il fut délégué syndical, ils gagnent de 85 à 95 F de l’heure. Rien n’a été prévu pour leur logement et leur hébergement.
Ces malheureux couchent pour la plupart dans les casemates, à la Tour de la Pelote, d’où la police les expulsa. On peut se faire une idée de leur triste existence. Leur misère n’était pas suffisante sans doute, on voulait les faire travailler aux pièces, à un prix dérisoire (300 francs au mètre). Mardi matin,
ils ont abandonné le chantier.
Camarades ouvriers nord-africains, syndiquez-vous pour pouvoir vous défendre.
Camarades ouvriers français, soutenez-les, et ceci dans votre propre intérêt. Votre cause est solidaire de la leur ».

Extrait de "les Nord-Africains à Besançon", éd Ville de Besançon juin 2007

Partager cette page :
  • Les Founottes, cité de l'Escale

    Certaines familles algériennes s’étaient regroupées sur un terrain vague et isolé, à l’extérieur de la ville au lieu-dit “les Founottes”.

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,

  • 1952 : création de l'AATEM. Jean Carbonare

    Chaque jour, il croise des travailleurs d’origine algérienne. Il apprend qu'ils logent comme des rats, dans les casemates des anciennes fortifications de la ville

  • En 1952, M. Lazhari Khaoua quitte l'Algérie et arrive à Besançon

    Lazhari Khaoua, arrivé parmi les premières vagues de travailleurs immigrés algériens, a connu les grandes difficultés des nouveaux installés.

  • Les immigrés et la crise du logement 1950

    "Les 65 travailleurs nord-africains, sont logés gratuitement par l’entreprise dans les conditions suivantes : 49 Nord-africains dans 11 petites baraques en bois désaffectées, 16 Nord-africains dans 2 fourgons de la S.N.C.F. stationnés sur une voie de la gare de triage"

  • Les casemates (1945-1956)

    Les premiers algériens venus travailler à Besançon après la guerre de 1945 ont logé dans ces fortifications rue d'Arène jusqu'à ce que la Municipalité les fasse murer en 1956 après la construction du foyer d'hébergement de la rue Clémenceau.

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...