Témoignage d’un maçon venu de Turquie en 1974 - Les préjugés

Sommaire

Les préjugés

Je me souviens d’une histoire. J’avais apporté les bulletins scolaires des enfants pour la nouvelle école de Besançon et on m’a accusé d’avoir trafiqué les notes. Après ils ont appelé l’école à Vesoul pour vérifier et ils ont présenté leurs excuses. Ils ne croyaient pas que mes enfants puissent avoir des bonnes notes.

Pourquoi on vous a accusé d’avoir triché, pourquoi on ne vous a pas cru ?

Après elle s’est excusée. En disant qu’ici, il n’y avait personne avec des bonnes notes comme ça, même les enfants français. J’ai dit à la directrice, vous ne me croyez pas, si vous réfléchissez un petit peu, demandez à Vesoul et comparez les notes, là vous allez vous en rendre compte. Et puis là, elle s’est excusée.
Il s’est passé une autre chose à Vesoul pour le prénom de mon fils. Au début, Je voulais l’appeler Muhammet, puis après j’ai voulu l’appeler Muhammet-Ali. À la mairie, ils m’ont dit d’aller voir le procureur pour modifier. Et puis, on m’a accusé, en me disant : est-ce que tu as demandé l’autorisation au boxeur pour copier son nom ? Alors j’ai répondu : Attendez, en Turquie y a la moitié des Turcs qui s’appellent Muhammet-Ali. Ils ont rien compris du tout. On s’est disputé, ils m’ont dit qu’ils allaient m’envoyer en prison. Alors j’ai dit, si vous ne me croyez pas, appelez le consulat, et vous allez voir que vous vous trompez. Il a appelé le consulat, le consulat a appelé Paris. Et après il a dit toi, si tu veux, tu peux porter plainte, mais il s’est excusé. En plus, c’est quelqu’un qui a étudié, c’est un procureur. Mais il faut bien savoir les choses avant de prendre une décision.

Vous m’avez dit au début que les hommes et les femmes étaient tous gentils et là, vous ne dites pas ils ne sont pas gentils, vous dites ils ne connaissent pas...

Oui. Mais le procureur s’est excusé après. Et à l’école aussi, ils se sont excusés. Donc, c’est bon. C’est ici que je mange mon pain. S’il y a une guerre, je serais prêt à partir pour me battre pour la France, même contre la Turquie. Même dans le Coran c’est écrit : « Là où tu manges ton pain tu sers cet endroit. » Je mange ici, l’argent je l’ai fait ici, mon pays c’est la France maintenant.

Et comment vous arriviez à vous expliquer ? Par rapport à la langue, c’est difficile quand il faut défendre quelque chose…

Il y avait mon fils. L’aîné de la famille était souvent avec moi. Il a eu tellement peur devant le procureur qu’il a fait pipi dans son pantalon. Et il pleurait en plus. Ah oui, parce qu’en plus il disait : « je vais vous envoyer en prison ». Il a eu peur, je sais plus quel âge il avait, il était jeune.

Partager cette page :
  • Les Kurdes en Turquie

    Sur 70 millions de Turcs, 15 millions environ sont kurdes. (Il sont 5 millions en Irak ; 6,5 en Iran, 1,5 en Syrie). Le Kurdistan turc est au sud-est de l’Anatolie . Capitale : Diyarbakir.

  • La laïcité en Turquie

    Elle a été imposée en Turquie par Mustapha Kemal, au pouvoir de 1922 à 1938.

  • Les Turcs en France

    Leur nombre est évalué à 400 000 environ (restés étrangers ou devenus français). C’est le sixième groupe d’origine étrangère résidant en France,

  • Qu’est-ce qu’un bidonville ?

    Un bidonville est un habitat précaire. On ignore l’origine exacte de ce terme. Certains affirment que les habitants récupéraient des bidons pour confectionner leurs abris-maisons.