Hajar la métisse : et pourquoi on ne changerait pas les choses?

Rencontre à l'espace solidaire de Planoise lors de la préparation d'une table d'hôtes.

 

Hajar nous racontre son parcours en France depuis son arrivée il y a 20 ans et le regard qu'elle porte sur la société d'accueil.

Elle nous explique son attachement à Besançon, sa ville d'accueil et à Rabat, la ville d'où elle est originaire. Elle insiste sur la nécessaire évolution de la place des femmes pour mettre fin aux stéréotypes.

Elle revient sur son attachement à Planoise et sur l'importance pour les femmes de sortir de chez elles pour échanger avec d'autres.

Hajar nous explique les raisons de son engagement politique et son souhait de faire évoluer les choses.

Elle insiste sur la nécessité de s'ouvrir aux autres et sur l'implication des personnes issues de l'immigration dans les quartiers pour améliorer les choses.

Partager cette page :
  • Cité Amitié : témoignage de M. Z., Marocain

    Un résident Marocain de la cité Amitié raconte ses pérégrinations d'engagé dans l'armée française, puis sa réinsertion dans la vie civile, entre la guerre d'Indochine et les années 1970.

  • On est venus en contrat de migration

    M. et Mme El Garche, venus du Maroc, sont des habitants des tours de l'Amitié. Ils sont arrivés en France en 1970, et racontent les aléas du parcours de M. El Garche, ouvrier, chef d'équipe puis... chômeur et retraité.

  • Si tu travailles, demi-tour au Maroc

    Madame Z. arrive à Besançon en 1974 pour rejoindre son mari qui travaillait en France depuis 1957. Entretien avec M. et Mme Z et leur fille :

  • C'était une véritable loterie, mon départ d'Algérie

    D. est secouée par le fou rire en essayant désespérément de retrouver sur le téléphone portable les photos que son mari vient de prendre au bled (Guelma).

  • L'association "Femmes d'ici et d'ailleurs" assure le lien

    Née le 8 mars 2005, l'association «Femmes d'Ici et d'Ailleurs Franco Méditerranéennes» a choisi de s'investir et d'agir dans nos quartiers «à karshériser».

  • On écrit nous-même notre histoire

    S'il vous arrive de manquer de force ou de volonté, si vous avez un passage à vide, plongez-vous dans l'histoire de Samira. « On écrit nous-même notre histoire, il ne faut pas laisser d'autres l'écrire à notre place » nous confie-t-elle. Et c'est ainsi que la vie peut s'organiser et c'est ainsi que même les obstacles deviennent partie de notre histoire, de même que nos réussites.

  • L'immigration marocaine en Franche-Comté et à Besançon

    C'est par l'histoire de l'immigration marocaine en France et plus particulièrement en Franche-Comté, puis par les témoignages de deux générations successives de Marocains résidents à Besançon que cette étude sera sillonnée.