Histoire de Hidalgo Tejero Consuelo

Et un jour, una mujer...
Hidalgo Tejero Consuelo est née le 3 mars 1929 en Espagne, dans un village situé aux alentours de Cordoba à Baena, dans la région de l'Andalousie.

Son père, Manuel Tejero Serrano, était fermier et sa mère, Laura Lozano Lopez était mère au foyer. Son père est mort le 28 mars 1976 et sa mère en 1985.

Monsieur et Madame Tejero ont eu 12 enfants, mais 6 d'entre eux sont morts jeunes. Donc il ne restait plus que Consuelo, Natalia, Laura, Manola, Antonio et José. Seuls Laura et Consuelo sont toujours en vie.

Étant jeune, Consuelo ne put suivre une scolarité à l'école. En effet, la guerre civile ainsi que le régime franquiste le lui interdisaient, car les enfants socialistes n'étaient pas acceptés au sein de l'école. Ce fut donc son frère José, qui était instituteur, qui lui apprit à lire et à écrire, mais seulement en espagnol, leur langue maternelle. Consuelo apprendra le français une fois arrivée en France. Même si elle n'a pas pu aller à l'école, elle a su dire à ses enfants l'importance de l'école car ils avaient les capacités. Mais malgré cela, certains d'entre eux ont arrêté leur scolarité très jeunes pour pouvoir rentrer dans la vie active.

En 1945, Consuelo rencontra José Hidalgo qui fut son mari le 10 mai 1953. Ensemble ils eurent 6 enfants. Leur premier enfant fut Josepha,  née le 8 mars 1954. Puis le 29 septembre 1955 arriva leur second enfant, Consuelo, suivi de José le 21 novembre 1957. En effet, Consuelo et José Hidalgo donna leur prénoms à deux de leurs enfants, car dans leur temps c'était une tradition de donner les prénoms des parents aux enfants. Ensuite, en quatrième position arriva Miche le 21 septembre 1959. Leurs quatre premiers enfants sont nés à Victoria en Espagne.

Consuelo n'a jamais travaillé. Ce n'est pas parce qu'elle ne voulait pas, mais dans la mentalité espagnole la femme préfère se consacrer entièrement à ses enfants et à son mari, même si on ne lui impose pas ! Mais elle pense que de nos jours il est devenu nécessaire de travailler...

Consuelo et son époux décidèrent de quitter l'Espagne pour aller vivre en France, car ils voulaient fuir le régime franquiste. Pour Consuelo, la France représentait un pays plus démocratique que l'Espagne, où les gens ont le droit d'exprimer leurs pensées à l'inverse du franquisme qui était instauré. Donc, le 30 juin 1960, Consuelo accompagnée de ses 4 enfants vint en France en train. Son mari José l'avait devancée d'un mois pour leur trouver un logement et du travail. Donc, lorsque Consuelo arriva, José leur avait trouvé un appartement à Lods dans la Franche-Comté. Ce furent des réfugiés espagnols qui les aidèrent à trouver l'appartement. Mais étant en France, Consuelo n'a jamais demandé la nationalité française.

Le 19  septembre 1961, elle donna naissance à son troisième fils Georges, à Lods. Le 25 juin 1961, Consuelo, son époux et leurs 5 enfants déménagèrent à Besançon. Puis le 28 mars 1964, Consuelo a mis au monde leur dernier enfant : Laura.

Consuelo se confiait beaucoup à sa maman, Laura. Elle lui racontait ses histoires de coeur car pour elle, sa mère était sa confidente et d'une grande tolérance avec ses enfants. Donc elle a suivi le même exemple avec ses enfants, ce qui permit à ses filles de se confier à elle. Même si Consuelo et José étaient espagnols, ils n'avaient aucune préférence pour leurs gendres, qu'ils soient espagnols ou français. ça leur était égal, du moment que c'était leur choix. Cela leur convenait.

Aux trois filles de la maison, Consuelo a appris à faire la cuisine espagnole. En ce qui concerne les tâches ménagères, c'étaient les filles qui aidaient le plus Consuelo, car dans l'éducation espagnole ce sont les femmes qui font les tâches ménagères ainsi que la nourriture ; mais Josepha, Consuelo et Laura aimaient bien aider leur mère, donc ce n'était pas un problème.

Après quelques années à Besançon, Consuelo et son mari décidèrent d'aller vivre à Perpignan dans les Pyrénées Orientales en avril 1982. Seulement deux de leurs enfants, Laura et José, les rejoignirent, car étant célibataires ils préféraient rester aux côtés de leurs parents. Donc Consuelo, José et leur deux enfants habitèrent au Moulin à Vent dans le centre de Perpignan.

Depuis son arrivée en France, Consuelo est souvent retournée en Espagne pour les vacances afin de voir sa famille ainsi que la famille de son mari. Et aujourd'hui, les contacts que Consuelo garde avec l'Espagne sont les appels téléphoniques et les visites.

Les enfants ainsi que les petits enfants de Consuelo et de José sont sensibles à leurs origines. Consuelo y attache beaucoup d'importance car si ses petits enfants, voire même ses enfants, reniaient leurs origines, elle serait malheureuse. Avec son mari et ses enfants, elle parle l'espagnol, mais avec ses petits enfants Consuelo parle le français avec quelques mots en espagnol.

Aujourd'hui Consuelo habite toujours à Perpignan, à Saint-Cyprien-Plage dans un F4, depuis plus de 17 ans en compagnie de son mari et de son fils José. Tous ses enfants sont encore en vie. Josepha habite en Espagne. Michel, Georges, Consuelo et Laura, eux, habitent à Besançon.

Consuelo a Aujourd'hui 78 ans et a dix petits enfants, ce qui la comble énormément.

Amandine

Professeur organisateur : Alain Gagnieux

Partager cette page :
  • Le théâtre comme témoin de la dictature franquiste

    La terreur de la dictature franquiste est encore entourée de beaucoup de silence, bien difficile à transmettre. Et pourtant....

  • De quelques mois à toute une vie à Besançon

    Je m'appelle Maria Lourdes Hernández. Je suis arrivée en France le jour de mes 19 ans, le 11 février 1965, en tant que touriste.

  • Espagnols à Besançon en 1974-75

    Mise en valeur la situation de la colonie espagnole de la ville au sein des autres mouvements migratoires pour donner une « image spécifique et locale de l'immigration espagnole à Besançon, afin d'en tracer une sorte de portrait »

  • Les étrangers sous surveillance

    Dès le début de la guerre les autorités françaises se méfient des réfugiés espagnols. En effet, on craint que leur regroupement ne favorise la propagande communiste.

  • « Un gran pequeño hombre » - Un grand petit homme

    Mon nom est Emilio Sánchez et je suis Andalou. En 1942, j'avais 10 ans, et nous étions cinq à la maison. Cela faisait déjà cinq ans que j'avais perdu mon père. Pour pouvoir nous nourrir, ma mère a été obligée de vendre notre maison pour 500 pesetas et 45 kilos de farine, pour rien.

  • Des campanules andalouses à Besançon

    Mon nom est José Peréz Fortes. Dans les années 1960, il y a eu une grande migration depuis l'Espagne. On y gagnait tout juste de quoi manger et payer un petit loyer, même quand on était qualifié.

  • Enseignante dans mon pays natal

    Je suis arrivée en France depuis 3 ans et demi, d’un pays de l’est, je suis venue avec mes enfants rejoindre mon mari, qui était là avant nous. Il avait quitté notre pays à cause de problèmes avec le gouvernement.