J’ai vu des yeux pleins de haine …

« Dans le bus, une dame a mis son sac à côté d’elle pour m’empêcher de m’asseoir ! 
Nous sommes très exposés, nous les Noirs, j’ai vu des yeux pleins de haine. »


« Les gens ici ne savent pas rigoler, et quand on dit bonjour, personne ne répond. Après, j’ai honte avec mon bonjour ! 
Ceux qui ne sont jamais sortis de leur pays croient que c’est normal de vivre comme ça ! »

 

Bernadette est arrivée du Cameroun en 2004 , elle a rejoint sa fille mariée à un Français. Son état de santé nécessitant des soins, elle a obtenu sans trop de difficultés, en 2 mois, ses papiers de séjour et la CMU.  Dans l’ensemble, elle trouve l’administration à Besançon efficace, les médecins et le personnel de l’hôpital très gentils, même s’il y a quelques exceptions, on lui a quelquefois mal parlé…

Après avoir séjourné un an en foyer et 6 mois en chambre d’accueil au Forum à Planoise, elle a obtenu un appartement, ce dont elle est très fière.
A Yaoundé, au Cameroun, elle travaillait dans une banque. Elle a aussi appris la couture à l’école de la mission.
Bénéficiaire de l’allocation adulte handicapé, elle souhaiterait travailler un peu pour sortir de son isolement et augmenter ses revenus. Coudre à domicile, faire des retouches, broder de jolies nappes serait compatible avec son état de santé. Mais comment faire pour se déclarer ? Où s’adresser ? Elle ne veut pas être dans l’illégalité, mais n’a aucune idée des démarches à accomplir !

Beaucoup de nos comportements l’étonnent :
« Chez nous on reprise les habits, ici on jette. Vous gaspillez beaucoup ! »
« Je n’arrive pas à rencontrer mes voisins.! Est-ce parce que je suis noire ? »

Seul un compatriote lui a tendu la main, elle se sent très seule, pouvant passer une journée entière sans parler à quelqu’un. Elle n’a pas d’accès à Internet, mais l’idée du site l’a intéressée. Ainsi son histoire vaut la peine d’être racontée ? Une personne s’est déplacée pour l’écouter, elle, Bernadette !

Pour sa santé et pour voir grandir ses quatre petits enfants, l’avenir pour elle est ici, à Besançon.

Propos recueillis le 26 novembre 2009 par Geneviève Cailleteau.

Partager cette page :
  • On écrit nous-même notre histoire

    S'il vous arrive de manquer de force ou de volonté, si vous avez un passage à vide, plongez-vous dans l'histoire de Samira. « On écrit nous-même notre histoire, il ne faut pas laisser d'autres l'écrire à notre place » nous confie-t-elle. Et c'est ainsi que la vie peut s'organiser et c'est ainsi que même les obstacles deviennent partie de notre histoire, de même que nos réussites.

  • J’avais de plus en plus l’impression que j’étais son esclave

    Mme T. est née au Cameroun en octobre 1972. Issue d'une famille de cinq enfants, elle a fait ses études au Cameroun, et y a travaillé comme institutrice puis surveillante dans des lycées. Elle avait deux enfants de 11 et 17 ans.

  • Si tu me lâches, je suis perdue, je ne sais même pas comment rentrer

    Yamina m’accueille avec douceur et réserve. Peu à peu, la distance se dissout, nous nous rencontrons.
    Au Maroc, elle avait 5 frères et 3 sœurs. Elles est arrivée en France en 1979, en août.

  • « Présidente d’une tontine pendant 7 ans… »

    Zem était secrétaire dans un ministère à Yaoundé, au Cameroun. Elle épouse un franc-comtois là-bas, et le couple s’établit en 2005 à Besançon, avec 2 de ses enfants que son mari a reconnu. Mais des problèmes liés à l’alcoolisme apparaissent chez lui, la violence conjugale s’installe et pousse Zem à partir.

  • Henri Dikongué, auteur compositeur

    Lorsque Henri Dikongué apparut sur la scène musicale en 1995, il fut célébré par tous comme un auteur-compositeur d´une rare finesse

  • Guadeloupéenne et Vietnamienne

    « Je suis métisse... Ma mère avait trahi sa patrie. » Madame Lang témoigne de son enfance extrêmement difficile au Vietnam, jusqu'à son installation en Franche-Comté.

  • Si je pouvais revenir en arrière, je resterais au Cameroun !

    "On croit toujours qu’ailleurs c’est mieux que chez soi, c’est un rêve ! On croit qu’en France tout est facile ! Je voyais des filles qui ramenaient beaucoup d’argent au pays, avec de belles voitures."