« Mon arrivée en France ? un calvaire ! »

La situation de guerre dans son pays d’origine, le Congo, a fait qu’elle a dû quitter l’Afrique avec sa fille, en laissant tout. En 2000, L … a demandé l’asile politique en France.

«  Un calvaire pire commence. Si j’avais su, j’aurais préféré mourir en Afrique pour ne pas vivre ce que j’ai vécu ici.
On sait d’où l’on vient, mais on ne sait pas où l’on va.
Je m’en suis sortie parce-que mes parents m’ont donné l’essentiel, une bonne éducation. Ils m’ont donné les armes pour avancer. On dit chez moi : éduquer une femme, c’est éduquer toute une nation. »

Difficultés scolaires .

Seule avec sa fille de 12 ans, sans argent, c’est le hasard des structures d’accueil qui les a conduites à Besançon.
Sa fille ayant été scolarisée depuis la maternelle dans un pays anglophone, son intégration à l’école en France a été très difficile. Les professeurs n’ont pas pris en considération ses difficultés de langue et d’adaptation, son échec était alors prévisible.
« Ma fille a trop souffert, si je n’étais pas dynamique, battante, je l’aurais perdue.
Elle est devenue rebelle,  j’ai frappé à toutes les portes pour la sauver.
Pour la protéger, j’ai obtenu une bourse pour la mettre en internat dans une école privée.
Avec mon RMI je mangeais des patates, je m’arrangeais ainsi pour payer le solde de l’internat, ma fille ne voyait pas ma situation difficile. Cela lui a permis de se remettre sur les rails.
Si j’avais les moyens, je ferais une association pour les femmes seules avec leurs enfants. Si on continue comme ça, on va tous les perdre ! Il faut donner à celles-ci les itinéraires à suivre, leur montrer les portes où frapper, les accompagner dans leurs démarches.
On ne peut pas être fier de ce qui se passe.
L’échec n’est pas celui des enfants, c’est celui des adultes, que l’on doit guider. Proposons aux parents des structures appropriées. L’école doit les sécuriser au lieu de les mettre en échec. Il faut tout faire pour les encadrer et les protéger. Le système a échoué, mais je crois que c‘est voulu ! Ne baissons pas les bras ! »

« J’étais cabossée… »

Pendant ce temps L… cherche du travail sans succès, essuie les insultes racistes, dans les transports, les services administratifs, se bat pour trouver un logement pour accueillir sa fille, pour ne pas être à la rue.
« Vous pouvez pleurer nue ici, personne ne vous écoute. J’ai toujours été très indépendante, battante, mais là, j’ai dû reconnaître ma défaite. Ma volonté m’avait permis de gravir les échelons, mais j’ai tout redescendu, jusqu’au négatif. J’étais dans le noir complet, épuisée physiquement, moralement et intellectuellement, comme si toutes mes batteries étaient à plat. J’étais cabossée, au point de ne plus avoir confiance en moi, j’étais réduite à rien. Je ne sais pas si je pourrai me reconstruire. Dans tout ce parcours j’ai subis des tortures morales, c’est pour nous décourager, cela fait partie des stratégies de l’immigration en France. Les immigrés des pays de l’est sont mieux traités que nous les africains.
Après avoir été broyée, je suis une survivante du système.
Je dis à ma fille : bats-toi pour faire partie de ceux qui décident !
J’ai une autre vision du monde, l’argent  n’est rien pour moi, il faut savoir ce que l’on veut, il faut se donner les moyens d’aller jusqu’au bout, sinon la vie est une mascarade. J’ai inculqué ça à ma fille. »

Sur sa route pleines d’embûches, quelques personnes et associations l’ont aidée, ainsi que le secours catholique, mais c’est sa foi surtout qui l’a soutenue, et la volonté de donner sa chance à sa fille.
L … a maintenant un logement ,un travail, des papiers. Mais elle ne se sent pas en paix, les batteries ne sont pas encore rechargées.
Il faudra du temps pour qu’elle retrouve  confiance en elle et en l’avenir.

Son témoignage a aussi pour but de redonner espoir aux personnes qui  connaissent les mêmes difficultés.

Partager cette page :
  • Amor Hakkar : "D’une rive à l’autre…"

    Quelle heure est-il ? Peu importe à présent. Plus rien ne sera comme hier. D’autres avant moi ont chanté, haï cet instant redouté...

  • Nous sommes en France, donc il faut épouser la France

    Fatima tenait absolument à témoigner de son parcours de vie. De son petit village du nord algérien à sa vie en France. Elle voulait absolument témoigner.

  • Déracinée à l'age de 9 ans : chez nous, c'est l'homme qui décide

    Curieux destin que le mien. Je suis née en France. Mon enfance était celle de toutes les petites filles. Puis un jour de mes neuf ans sans que je n’y comprenne rien -mes soeurs non plus d’ailleurs-, on a pris le train et le bateau.

  • Une certaine idée de la France

    « Quand j’étais enfant, dans mon village au Congo, j’ai su que plusieurs de mes grands-oncles avaient fait la guerre en France, la grande, celle de 14-18, puis celle de 40 et d’Indochine.

  • Allers et retours

    Ma sœur mon frère et moi comprendrons plus tard : nous ne partions pas vers une France de vacances,
    mais vers une terre d’exil.

  • Taisez-vous ! Skut !

    Non, les coups dans la porte, les cris, ce n’était pas dans un cauchemar. Elle entendait maintenant, bien réelles, de grosses voix étrangères, menaçant dans le couloir.

  • Un rôle de grand frère …

    Nous avons un peu un rôle de grand frère pour accueillir les nouveaux ; les inviter à passer un week-end en famille, le temps qu’ils prennent racine.