Rayane vient du Liban

Rayane est arrivée à Besançon il y a 6 mois, elle a 19 ans, et habitait jusque là au Liban.

« Mon mari est arrivé à Besançon avec ses parents quand il avait 1 an, il y a 24 ans. A 22 ans il est revenu au Liban, nous nous sommes rencontrés, nos mères étaient amies, et comme il a fait un stage à Chypre, on s’est mieux connu grâce à Internet et à skype. On s’est marié à Beyrouth, puis on est parti vivre à Besançon où sont toujours mes beaux-parents, et avec qui je m’entends très bien. »

« Au Liban je parlais arabe et anglais, la langue de mes études. Le français était la 3° langue. Avant de venir, j’ai pris des cours pendant 2 mois à L’ambassade de France. »

« J’ai passé mon bac, et je voulais faire la fac d’anglais, mais je dois préparer un test en français pour pouvoir aller à l’université à la rentrée prochaine. Je suis donc 2 cours, un à Planoise et à la FRATE, 25 heures par semaine. Ces cours sont pour moi l’occasion de rencontrer des personnes de différentes cultures. J’aime beaucoup rencontrer des personnes d’autres pays. A la FRATE, je me suis faite des amis, car il y a des personnes de mon âge. »

« Pour moi, l’arrivée à Besançon a été facile, parce que mon mari s’est occupé de toutes les démarches. Je n’ai pas eu besoin de chercher les informations. On en trouve beaucoup dans les maisons de quartier, et si je n’ai rien à faire, je vais à la médiathèque au centre ville pour lire. Besançon est une belle ville, calme, avec une belle nature, les gens sont gentils. »

« J’ai une carte de séjour d’un an, que je dois renouveler chaque année pendant 4 ans, après je peux demander la nationalité. »

« Depuis 3 mois je travaille 1 h par semaine pour enseigner l’arabe aux enfants d’une famille dont le père est français et la mère turque, d’une région proche de la Syrie où l’on parle arabe. C’est une école privée : Formalingua, rue des flûtes agasses. Un ami de mon mari donne des cours là-bas, la directrice lui a dit qu’elle recherchait des professeurs d’arabe. C’est comme ça que j’ai eu un contrat d’un an. »

« J’apprends la cuisine française avec ma belle-mère et avec Internet, je peux tout trouver comme ça.. Je ne connais pas beaucoup de libanais à Besançon, et être loin de ma famille c’est un peu dur, le climat aussi, mais ça va, j’espère entrer bientôt à la fac, je voudrais être professeur d’anglais. »

Partager cette page :
  • Arts culinaires

    La cuisine devient un moyen de s'ouvrir à d'autres cultures et devient un moyen d'échange.

  • Là-bas j’étais architecte, ici je vis avec le RSA

    Cette fille nous  fait penser à un personnage d’un conte des mille et une nuits. Nous racontera-t-elle une histoire magique ? Elle a les yeux qui brillent, le sourire au coin des lèvres. Son visage mêle la tristesse et la joie, la douleur du passé et l’espoir de l’avenir. Nous l’appellerons « Golab », qui signifie la rosée des fleurs du matin.

  • L'AATEM et la politique du logement 1975

    L'abbé Chays expose les souhaits en matière de  politique du logement des immigrés à Besançon

  • Un rôle de grand frère …

    Nous avons un peu un rôle de grand frère pour accueillir les nouveaux ; les inviter à passer un week-end en famille, le temps qu’ils prennent racine.

  • Le Printemps des Poètes au collège J. Brel de Vesoul

    Utiliser la politique bien établie d’ouverture et d’accueil propre à l’établissement pour sensibiliser la population éducative et scolaire à l’éveil aux langues.

  • Eveil aux langues à l'école Champagne

    Les élèves nouvellement arrivés en France (ENAF) considèrent qu'ils « parlent » le français lorsqu'on leur pose la question de savoir quelle langue ils parlent. Nous dirions plutôt qu'ils sont en train de l'apprendre, mais peu importe : ils sont en train de comprendre qu'ils sont bilingues voire plurilingues, et que cela est un atout.

  • M…. est arrivée du Liban en 2007

    M…. est arrivée du Liban en 2007 avec un visa touristique d’un mois pour rejoindre son mari libanais, qui vivait à Besançon depuis 8 ans, et où il travaille dans le social.
    Son mari avait demandé le regroupement familial, qui lui a été refusé, son salaire étant trop bas, les conditions n’étaient donc pas remplies.