Jean Carbonare, un engagement pour l'Algérie

Jean Carbonare a consacré sa vie au continent africain. Dans les années 40 alors qu’il vit à Besançon, il rencontre les premiers immigrés algériens.

Jean Carbonare

C’est là que commence son combat pour l’Algérie car il rêvait d’une autre histoire pour ce pays. Il décide de se consacrer à la cause algérienne.

 

 

 

Il nous explique les raisons de son engagement et comment  est née sa réflexion sur la colonisation (1 min 23)


La colonisation a déresponsabilisé et dépersonnalisé les hommes (3 min 19)

Un long cheminement depuis la prise de conscience jusqu'à la mission de dialogue dans les Aurès (2 min 17)

La chronologie du conflit algérien (3 min 49)

Mettre en contact les deux camps pour éviter la violence (1 min 03)

Tisser des liens pour essayer de rendre possible une autre histoire (1 min 24)

Partager cette page :
  • Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins

    En un temps où la télé et les radios locales n’existaient pas, la presse locale était la seule information de nos concitoyens. Il est donc important de voir quelle place elle accorde à tout ce qui concerne ceux qu’elle appelle les Nord-Africains

  • Une vie mouvementée

    A. est née en 1951 en Algérie, à Sidi Bel Abbès. Elle a trois frères et six sœurs dont une qui est décédée. Lorsqu’elle était jeune, elle est allée à l’école maternelle Gaston Julia puis à l’école Pasteur, à Sidi Bel Abbès.

  • 1960 : M. et Mme Marmet accueillent des étudiants algériens

    « Nous étions quatre quand nous sommes arrivés un soir d’octobre 1960 à Besançon. Presque en tenue d’été ! » En pleine guerre d'Algérie, quatre étudiants Maghrébins se retrouvent en Franche-Comté...

  • Jean Carbonare et les tirailleurs africains

    « On ne leur demandait pas de titre de nationalité. On leur disait : la France est votre patrie, faites la guerre. »

  • Etudiants français et d'outre mer à Besançon en 1954

    Pourquoi Jean Ponçot choisit-il en 1954 d'écrire son mémoire de DESS de géographie sur le thème des migrations étudiantes?

  • Coq migrateur

    Cet emblème qui ornait le Monuments aux Morts du village d’EL ACHOUR a été récupéré par le Maréchal des logis /chef TOULIS au moment de l’Indépendance de l’Algérie en 1962

  • AATEM, 20 ans d'accueil des étrangers

    En 1952, trois hommes décident de créer à Besançon une association d'accueil des travailleurs étrangers