Couleurs solides

S'ils ne sont pas exempts de regret, d'amertume, de critique, de déception, ces textes, qui disent le lien Algérie-France, méconnaissent la haine.

Car il est aussi question d'amitié, parfois d'humour, d'affection, de " mains tendues de part et d'autre " et d'amour résolument inscrit dans un présent " sans complexes " : " Ils ont oublié vos douleurs et vos guerres. Ils ont toute une vie devant eux pour s'aimer ". Parce qu'une terre commune n'est pas au programme, il reste la langue, espace d'ouverture et d'accueil, où bruissent ces textes et paroles pour deux pays qui nous sont tout sauf indifférents.

couleurs solides

Témoignage d'Amor Hakkar recueilli par Radio Sud
Extrait de l'entretien réalisé par Aurore Faivre, diffusé le 16/06/2003

Redécouverte de l'Algérie (1 min 2)

Lecture d'un texte (2 min 1)

Témoignage de Kim
Extrait de l'entretien réalisé par Aurore Faivre, diffusé le 16/06/2003

Présentation du projet (26 s)

Lecture d'un texte (1 min 2)

Un regard tourné vers l'avenir (2 min 42)

Partager cette page :
  • La maison de l'être

    Né en Algérie, à Bouira, dans une famille kabyle, l'univers linguistique de Farid Ammar Khodja, 55 ans est constitué par le berbère, le français, l'arabe et, pour des raisons plus strictement universitaires, l'anglais.

  • Amor Hakkar, cinéaste

    Amor Hakkar est né à Kenchela en Algérie en 1958. Arrivé en France à l'âge de six mois, il a grandi Cité des Founottes et vit toujours à Besançon.

  • Amor Hakkar : "D’une rive à l’autre…"

    Quelle heure est-il ? Peu importe à présent. Plus rien ne sera comme hier. D’autres avant moi ont chanté, haï cet instant redouté...

  • Sorahia, danse orientale

    Par ses compétences -entretenues et enrichies d’années en années- et son enthousiasme communicatif, Sorahia participe au renouveau de la danse orientale.

  • Mes souvenirs sont des pigments liquides

    Accoudée au zinc du bar de l’université, une beauté kabyle avale un verre de bière. Nous avons, elle et moi, un point commun.

  • Quelques figures du bilinguisme

    « Le bilinguisme des migrants est d’une manière générale une affaire transitoire : l’assimilation peut prendre deux ou trois générations,

  • Entre deux aéroports

    Je ne pense ni à mes parents, ni à ce pays que je viens de quitter, tout est confus, je ne comprends pas vraiment la raison de notre départ.