Allers et retours - L’exil

Sommaire

l’exil

Exil

 

 

 

 

 

 

 

 

11 août 1962

peu de mots dans mon carnet d’enfant retrouvé dans la maison vide
embarquement à 6 heures départ à 9 heures

j’ai ouvert la boîte des agendas de ma mère
elle les tenait avec soin

je les saisis un à un
de 1936 à 1999
une seule année manque
1962

les côtes d’Algérie déjà au loin
douleur dans les regards
un seul souvenir
le soulagement d’échapper à la violence

ma sœur mon frère et moi comprendrons plus tard
nous ne partions pas vers une France de vacances
mais vers une terre d’exil

Partager cette page :
  • Les pieds noirs d'Algérie en quelques lignes

    On appelle pieds-noirs les Européens venus s’installer en Afrique française du nord (AFN : Maroc, Algérie,Tunisie) au temps de la colonisation, notamment les Européens d’Algérie.

  • Si je pouvais revenir en arrière, je resterais au Cameroun !

    "On croit toujours qu’ailleurs c’est mieux que chez soi, c’est un rêve ! On croit qu’en France tout est facile ! Je voyais des filles qui ramenaient beaucoup d’argent au pays, avec de belles voitures."

  • Italie, Tunisie, France : le parcours de la famille Cavaglia

    Une lycéenne de 1re STG, Éline Grillon, raconte l'histoire de son grand-père, né en Tunisie en 1927, de parents italiens.

  • Note historique: Les pieds noirs d'Algérie

    L’expression « pieds-noirs » est tardive. Son origine est discutée : allusion aux chaussures portées par les colons, qui les distinguaient des pieds nus des Musulmans ?

  • Algérie : les rapatriés à Besançon

    On ne saurait oublier que les Pieds-Noirs ont aussi payé un lourd tribut à la Libération dans les rangs de la Première Armée Française.

  • « Mon arrivée en France ? un calvaire ! »

    La situation de guerre dans son pays d’origine, le Congo, a fait qu’elle a dû quitter l’Afrique avec sa fille, en laissant tout. En 2000, L … a demandé l’asile politique en France.

  • La petite fille et les princes charmants

    Je rêvais, enfant, d'être une princesse, une reine, comme dans les contes de fées des livres, des livres de l'école, de l'école de mon village. C'est un grand village, au Nigéria, un village assez loin de Lagos, l'ancienne capitale.

  • Taisez-vous ! Skut !

    Non, les coups dans la porte, les cris, ce n’était pas dans un cauchemar. Elle entendait maintenant, bien réelles, de grosses voix étrangères, menaçant dans le couloir.