Entretien avec un franc-comtois alsacien - L'abbé Jean K., le frère déporté

Sommaire

L'ABBE JEAN K., LE FRERE DEPORTE

 

J'avais deux frères prêtres, Louis et Jean.
Louis, mon frère le plus âgé, a été fait prisonnier en 40. Les nazis libérèrent les prêtres alsaciens. Il revint et resta à proximité de nos parents.
Mon troisième frère, Jean, a terminé ses études au Séminaire universitaire de Lyon en juin 1943. Il avait demandé à être « incardiné » (=intégré) au diocèse de Besançon. Il rejoint en fraude un poste de vicaire de l'abbé Flory, un vieil ami de très longue date, archiprêtre de Montbéliard et grand relais et animateur d'un groupe de résistance. Tous les vicaires sauf un ont été arrêtés par les Allemands. Actif dans le mouvement « Témoignage Chrétien », mon frère a été arrêté fin septembre 44, peu avant la libération de Montbéliard, puis envoyé au Struthof-Schirmeck, et ensuite à Dachau. Il est libéré après l'avance américaine de fin avril 1945.
Après la guerre, il a été aumônier du lycée Victor Hugo à Besançon, puis est parti dans la région parisienne. Il vit maintenant à Paris, il a 90 ans.

Question- Nous nous souvenons qu'il est revenu à Besançon en octobre 2007 pour une cérémonie d'hommage au jeune résistant Fernand Belot, militant actif de « Témoignage Chrétien », fusillé par les nazis. Il a célébré ce jour-là la messe du souvenir.

 

Partager cette page :
  • Qu'est-ce que la convention de Schengen

    La Convention de Schengen (du nom du village luxembourgeois où elle a été signée en 1985) a permis la création d'un espace, composé par les territoires des États signataires, à l'intérieur duquel est possible la libre circulation.

  • L'Alsace: chronologie

    Un Alsacien qui a vécu entre 1865 et 1950 est né français. Il est devenu allemand en 1871, redevenu français en 1918, redevenu allemand en 1940. Il redevient français à 80 ans.