« Oran, ma ville retrouvée » - Aéroports

Sommaire

 

Aéroports

 

aeroport

25 décembre 2002
Ce voyage de retour est encore irréel.
Je distingue à peine l’avion.

Je pars vers un pays dont je ne sais presque rien. Dans les médias, seulement des annonces brutales de massacres. Chez les éditeurs, aucun guide. Sur Internet, seulement des sites de pieds-noirs nostalgiques. Je n’ai pu trouver qu’un plan d’Oran des années 50.

Je n’ai que des images anciennes en tête. Je vais les confronter à la réalité.
Je suis partagée entre la peur, et l’impatience de découvrir ce pays étranger, inconnu, qui autrefois a été un peu le mien.
Nous venons d’atterrir. Pas d’applaudissements comme lors des atterrissages en Afrique. J’aurais bien aimé pourtant.
On nous questionne lors des différents contrôles :
A quelle société, à quelle compagnie appartenons-nous ?
Que venons-nous faire en Algérie ?
J'hésite… du tourisme ?
La réponse déconcerte.

Elle ne me satisfait pas non plus.

 

Partager cette page :
  • Les pieds noirs d'Algérie en quelques lignes

    On appelle pieds-noirs les Européens venus s’installer en Afrique française du nord (AFN : Maroc, Algérie,Tunisie) au temps de la colonisation, notamment les Européens d’Algérie.