« Oran, ma ville retrouvée » - Front de mer

Sommaire

 

Front de mer


front de mer

 

Promenade rituelle, le boulevard du Front de Mer. En poussette, en trottinette, à pied. Les parents observaient la mer, les grands-parents, assis sur les bancs, surveillaient les enfants.

Il n’y avait qu’un petit bout d'avenue à prendre, et on était arrivés. J’ai aussitôt retrouvé ce lieu. Je ne me souvenais pas qu’on voyait aussi bien le port. Sur la jetée, plus de trace de l’inscription « Algérie française », écrite en lettres noires, gigantesques. Le boulevard a été prolongé.

L’immense carcasse d’un hôtel de 25 étages, projet jamais achevé, gêne la vue sur Santa Cruz. Mais j’ai reconnu la rambarde. Les pavés, les bancs, et, malgré la couche de peinture, les arbres. Je me suis approchée d'un vieux monsieur, j’ai failli lui parler. Je ne l’ai pas fait

 

 

Partager cette page :
  • Les pieds noirs d'Algérie en quelques lignes

    On appelle pieds-noirs les Européens venus s’installer en Afrique française du nord (AFN : Maroc, Algérie,Tunisie) au temps de la colonisation, notamment les Européens d’Algérie.