Ilze de Lettonie (1948)

Sommaire

Božs - prononcer Boch. Porter ce nom-là en 1948, année de son arrivée en France avec ses parents, n'était pas fait pour susciter la sympathie

 

« Parce qu'à prononcer vos noms sont difficiles » (Aragon)
Ilze Kuenzi a participé à mon Atelier d'écriture de l'année 2010, qui s'est déroulé dans le cadre de l'Université ouverte de Franche-Comté, à Besançon. Son nom a tout de suite chanté à mon oreille, sans que j'en devine les origines précises.
Un jour, j'ai demandé aux participants d'écrire sur leurs noms. Ilze a dit : « Mon institutrice m'appelait Yvette ». Lors de notre entretien, elle a déclaré tranquillement : « Mon institutrice m'a débaptisée ».
Cette « liberté » que s'était arrogée l'enseignante qui devait certainement avoir de bonnes intentions – mais l'on sait de quoi est pavé l'enfer - , j'en ai ressenti l'écho, sachant les dégâts à retardement que cela peut produire. Lors de la séance d'atelier, elle avait expliqué que c'était assez récemment qu'elle avait saisi la portée non anodine de cette action : appeler un enfant d'un nom autre que le sien.
Elle devait également me confier : « A la limite, ça m'arrangeait à l'époque. J'étais comme tout le monde! J'ai remarqué que les noms de famille 'bizarres ' ne choquent pas, ce sont les prénoms... »
Elle affirme cela Ilze mais son nom de famille, le nom de son père, n'est pas non plus passé inaperçu : Božs - prononcer Boch. Porter ce nom-là en 1948, année de son arrivée en France avec ses parents, n'était pas fait pour susciter la sympathie mais plutôt les quolibets de la part des enfants de son âge! « Par la suite, et encore aujourd'hui, je dis que mon nom de jeune fille est Boz »

Partager cette page :
  • Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE

    Plusieurs nationalités composaient cette population, par ordre de grandeur : portugaise, marocaine, algérienne, turque, yougoslave, tunisienne, espagnole, italienne.

  • Qu’est-ce qu’une personne bilingue ?

    Commençons par une évidence : les langues se pratiquent dans des situations sociales, la communication s’établit entre des personnes socialement situées.

  • Europe de l'est : réfugiés Yézidis : témoignage video

    Témoignage d'une famille appartenant à une minorité religieuse très ancienne, les Yezidis, rejetée de partout.

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?

  • C’est la vie ?

    C’est à l’age de douze ans qu’il a fui ce qui était encore appelé l’Union Sovietique. Il ne savait même pas qu’ils avaient fui leur pays, sa mère, son frère et lui.

  • L’Orient à l’Occident tressé

    Les propos qui vont suivre ne prétendent pas avoir “valeur universelle”. Cependant,  s’ils sont l’expression d’un parcours personnel, ils renvoient aussi à une génération.

  • La maison de l'être

    Né en Algérie, à Bouira, dans une famille kabyle, l'univers linguistique de Farid Ammar Khodja, 55 ans est constitué par le berbère, le français, l'arabe et, pour des raisons plus strictement universitaires, l'anglais.