Ilze de Lettonie (1948) - Le paradis

Sommaire


Le paradis :
Les amis lettons des parents d'Ilze, ceux qui les ont aidés à trouver un autre travail après l'expérience désastreuse dans la ferme de Nitry, « ayant obtenu l'autorisation de partir au Canada, ont demandé à leur employeur de nous prendre pour les remplacer. Nous vivions dans une ferme isolée, il y avait beaucoup de travail, mais le patron qui était aussi le maire du village, laissait mes parents s'occuper seuls de la ferme. Le salaire était très bas mais nous avions le droit d'avoir nos propres poules et lapins. Il nous donnait un cochon par an et nous avions le lait, le beurre et les légumes à volonté.
Pour moi, c'était le paradis. C'est là que ma passion des chevaux s'est développée ».

 

 

 

 

 

 

Partager cette page :
  • Quelques figures du bilinguisme

    « Le bilinguisme des migrants est d’une manière générale une affaire transitoire : l’assimilation peut prendre deux ou trois générations,

  • Chez moi c’est ici maintenant malgré mon accent

    J'ai quitté la Sardaigne en 1962 pour venir à Besançon avec mon mari. Nous sommes venus retrouver ma tante. Mon mari a trouvé du travail très vite chez Baronchelli où mon oncle travaillait déjà donc on n’a pas eu de problèmes au départ.

  • La maison de l'être

    Né en Algérie, à Bouira, dans une famille kabyle, l'univers linguistique de Farid Ammar Khodja, 55 ans est constitué par le berbère, le français, l'arabe et, pour des raisons plus strictement universitaires, l'anglais.

  • Enseigner la langue : Abbé Chays en 1975

    Lors de l'assemblée générale de l'AATEM en 1975, l'Abbé Chays rappelle les efforts à faire pour l'enseignement des langues du pays d'origine et la responsabilité de l'Education Nationale et des parents.

  • Qu’est-ce qu’une personne bilingue ?

    Commençons par une évidence : les langues se pratiquent dans des situations sociales, la communication s’établit entre des personnes socialement situées.

  • Entre France et Italie

    Quand je suis en Italie, j’ai l’impression de trahir la France et quand je quitte l’Italie j’ai un pincement au coeur.

  • C’est la vie ?

    C’est à l’age de douze ans qu’il a fui ce qui était encore appelé l’Union Sovietique. Il ne savait même pas qu’ils avaient fui leur pays, sa mère, son frère et lui.