Ilze de Lettonie (1948) - Liens avec les Lettons de France

Sommaire

-Liens avec les Lettons de France :
« Ce n'est qu'à partir de 1956 que mes parents ont commencé à tisser des liens avec d'autres Lettons de France, raconte encore Ilze. Nous nous sommes rattachés à l'association de la région lyonnaise. Au moins deux fois par an (à la Saint-Jean et lors de la fête nationale de Lettonie, le 18 novembre). Nous organisions des rencontres festives au cours desquelles retentissaient les chants populaires. Puis petit à petit, les anciens disparaissaient, les jeunes ont fait des mariages mixtes et beaucoup ont complètement déserté les rangs lettons. Très peu ont eu la chance d'épouser un Français qui se sent presque mieux dans le milieu letton que dans sa propre famille! Avec l'indépendance retrouvée depuis 1991, chez certains il y a tout de même un « réveil national » et par curiosité, ils sont allés voir le pays de leurs ancêtres. »

Partager cette page :
  • L’Orient à l’Occident tressé

    Les propos qui vont suivre ne prétendent pas avoir “valeur universelle”. Cependant,  s’ils sont l’expression d’un parcours personnel, ils renvoient aussi à une génération.

  • C’est la vie ?

    C’est à l’age de douze ans qu’il a fui ce qui était encore appelé l’Union Sovietique. Il ne savait même pas qu’ils avaient fui leur pays, sa mère, son frère et lui.

  • Etre un français d’origine algérienne en France

    Cette double culture, c'est une richesse, avant je le vivais comme un fardeau

  • Où apprendre les langues à Besançon ?

    "Quelles langues peut-on apprendre à Besançon ? Y compris le français ? Pour quel public ? jeune, adulte, senior ?
    Quel type de structure ? Associative ou institutionnelle ? Quand ? Où ? Comment ? A quelle heure ?"

  • Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE

    Plusieurs nationalités composaient cette population, par ordre de grandeur : portugaise, marocaine, algérienne, turque, yougoslave, tunisienne, espagnole, italienne.

  • La maison de l'être

    Né en Algérie, à Bouira, dans une famille kabyle, l'univers linguistique de Farid Ammar Khodja, 55 ans est constitué par le berbère, le français, l'arabe et, pour des raisons plus strictement universitaires, l'anglais.

  • Entre France et Italie

    Quand je suis en Italie, j’ai l’impression de trahir la France et quand je quitte l’Italie j’ai un pincement au coeur.