Exposition Empreintes : 4 histoires de vie

Nos ancêtres ont traversé les frontières, nous vivons là, mais nous sommes d’ailleurs, intrinsèquement témoins, malgré nous, des espaces cultivés de nos aïeux.

Il y a celui dont le grand-père a immigré de Russie, un autre d’Italie, de Pologne ou d’ailleurs… qui garde en lui les traces de cette émigration et de cet autre lieu parfois inconnu. Et celui qui est né ailleurs, qui a choisi de venir en France et de faire sien ce territoire. Qu’ont-ils gardé de leurs origines? Quels liens ont-ils avec ce pays et ses coutumes?

 

Le blog de l'Exposition Empreintes"

Rencontre avec Diogène, Sébastien, Roxana, Liliana et Céline

Diogène, Sébastien, Roxana, Liliana et Céline se présentent. Céline Boyer revient sur les origines de cette exposition liées à l'histoire de son grand-père

Diogène, d'origine Rwandaise, en France depuis 5 ans pour fuir la guerre. "Le passé est derrière moi mais il me suit"

Sébastien, né à Besançon, ses parents viennent d'Uruguay et de St Domingue. Il a baigné dans les 2 cultures qui font parties de sa vie.

Roxana, venu en France par un échange culturel, elle y a rencontré son mari. "La France, le pays de mes rêves depuis toute petite".

Liliana, né en France de parents Yougoslaves. "Je suis des deux cultures, des deux pays".

Comment lorsqu'on choisit de migrer, on se retrouve à Besançon

Sébastien, passionnée par le Français, sa mère est venu étudier au CLA, elle s'est plu ici, elle est restée. Son père venu voir des amis à Besançon n'est jamais reparti.

Liliana, "mes parents tout deux partis de Yougoslavie, se sont rencontrés à Besançon". "Nous gardons des liens avec la famille restée là-bas".

Diogène, il a perdu une partie de sa famille durant le génocide rwandais. Ne parlant pas français, les premiers temps sont difficiles.

Ce passé multiculturel est-il un frein ou quelque chose en plus ?

Une fierté d'appartenir à plusieurs culture, à plusieurs pays mais des situations pas toujours faciles à vivre.

La question de la transmission de la culture et de la langue

Une langue qui marque un attachement à un pays mais qu'on perd petit à petit.

Les frontières sont-elles des freins à la transmission et aux echanges de cultures ?

"Chaque personne a quelque chose à apporter, les voyages et les échanges apportent beaucoup. Les frontières ont été mises en place par les hommes pour des raisons économiques."

Partager cette page :
  • État des migrations internationales

    La population des pays pauvres continue de s’accroître, tandis que celle des pays riches stagne et vieillit. Dans les années qui viennent, des migrants en provenance de pays pauvres continueront d’affluer vers les pays les plus riches, qui auront besoin de main-d’œuvre.

  • Les enfants migrants dans le monde

    On estime qu’aujourd’hui, environ un tiers des migrants sont des enfants ou des jeunes de moins de vingt ans. Ils représentent une proportion de plus en plus forte du flux total annuel de migrants en provenance des pays en développement.

  • Qu’est-ce qu’un migrant ?

    Un migrant est une personne qui se déplace entre son pays et des pays étrangers, ou qui rentre dans son pays depuis l’étranger. Les raisons de la migration peuvent être diverses.

  • Yasmina Huseljic, réfugiée de Bosnie

    Je suis née en 1976 à Dojni Vakuf en Bosnie. Une ville grande comme Pontarlier. Mes parents étaient de la région.

  • Notre rencontre avec Bradi, exilé politique chilien

    Le lundi 22 février 2010, au CDI, un exilé politique est venu témoigner de la répression terrible déchaînée par l'armée sur son pays, le Chili.

  • Réfugiés Bosniaques 2007, témoignage vidéo

    Samir et Sabina sont originaires d'un village de Bosnie. Pour Samir, le retour des Serbes dans les villages bosniaques crée une situation insupportable.

  • Porfirio Diaz : l'oeil du cyclone

    Porfirio Diaz est un de ces demandeurs d’asile politique Chiliens qui arrivèrent en France suite au coup d’état de Pinochet en 1973.

  • Témoignage d'un étudiant péruvien

    Ricardo David Arbulu Guerra est venu de Lima, au Pérou, pour poursuivre ses études à Besançon. Il est enthousiaste !

  • L'ex-Yougoslavie

    Dans le nord des Balkans, pas loin de la France (Belgrade est à peine plus éloigné de Paris que ne l'est Rome, 1 400 km contre 1100) ) a existé au XXème siècle, pendant 74 ans (1918-1992 avec une parenthèse en 1941-1945) un Etat nommé Yougoslavie.

  • Russes : Nikifor Tikonoff arrive en 1925

    D'emblée, Michel Tikonoff, 72 ans, retraité, ancien responsable d'une agence d'architecture, se dit le fils d'un Russe Blanc émigré après la révolution de 1917.