Où apprendre les langues à Besançon ?

"Quelles langues peut-on apprendre à Besançon ? Y compris le français ? Pour quel public ? jeune, adulte, senior ?
Quel type de structure ? Associative ou institutionnelle ? Quand ? Où ? Comment ? A quelle heure ?"

C'est pour répondre à toutes ces questions que le service Relations Internationales de la Ville a réalisé un répertoire des langues, conçu dans le cadre du programme européen KALECO, dont le but est de promouvoir le plurilinguisme et l'apprentissage des langues.

 

En savoir plus sur le répertoire des langues

Télécharger le répertoire des langues

Partager cette page :
  • Chez moi c’est ici maintenant malgré mon accent

    J'ai quitté la Sardaigne en 1962 pour venir à Besançon avec mon mari. Nous sommes venus retrouver ma tante. Mon mari a trouvé du travail très vite chez Baronchelli où mon oncle travaillait déjà donc on n’a pas eu de problèmes au départ.

  • Cité Amitié 1977-1983 : Madjid MADOUCHE

    Plusieurs nationalités composaient cette population, par ordre de grandeur : portugaise, marocaine, algérienne, turque, yougoslave, tunisienne, espagnole, italienne.

  • Le goût des langues

    Vers la fin de la deuxième guerre mondiale, en des temps encore troublés, un Français, Louis Rouillet, et une Autrichienne, Maria Denk, se rencontrèrent à Aspang, en Autriche.

  • Enseigner la langue : Abbé Chays en 1975

    Lors de l'assemblée générale de l'AATEM en 1975, l'Abbé Chays rappelle les efforts à faire pour l'enseignement des langues du pays d'origine et la responsabilité de l'Education Nationale et des parents.

  • Bribes d'alphabétisation

    Bénévole dans une MJC, je donne des cours d’alphabétisation dans un groupe composé presque exclusivement de femmes. (seule l’une d’elles vient accompagnée de son mari).

  • Ilze de Lettonie (1948)

    Božs - prononcer Boch. Porter ce nom-là en 1948, année de son arrivée en France avec ses parents, n'était pas fait pour susciter la sympathie

  • Etre un français d’origine algérienne en France

    Cette double culture, c'est une richesse, avant je le vivais comme un fardeau