Le goût des langues - Le lycée français de Vienne

Sommaire

-Le lycée français de Vienne :

 

C'est ainsi que de Salzbourg, ville natale de Stefan, elle prit la décision d'aller vivre et travailler à Vienne.

À Vienne, il y avait, il y a toujours, le lycée français « fondé en 1947 par le général Béthouart, commissaire des troupes française en Autriche ». Jouissant d'un label de qualité – aujourd'hui, il est considéré comme l'un des plus grands lycées français à l'étranger - de prestige même, « il était prisé par une partie de la bourgeoisie viennoise. Ce qui donnait quelques appréhensions à ma mère qui craignait pour mon frère et moi les mauvaises fréquentations qui nous auraient donné le goût de la vie facile, du manque d'efforts ! » raconte Stefan.

Général Antoine Bethouart
Lycée française de Vienne

Jusqu'au Bac, il y poursuivra sa scolarité, du cours préparatoire à la terminale. Avec un goût qui s'annonce tôt pour la lecture, la présence des livres et celui des langues.
Le premier souvenir de lectures enfantines qui surgit en premier, est de langue française, Le Club des Cinq dans sa traduction française, bien sûr. Vient en second lieu celui des livres pour enfants de langue allemande de Christine Nöstlinger.

 

Partager cette page :
  • Bribes d'alphabétisation

    Bénévole dans une MJC, je donne des cours d’alphabétisation dans un groupe composé presque exclusivement de femmes. (seule l’une d’elles vient accompagnée de son mari).

  • Susana la polyglotte

    Je suis arménienne, j’ai 25 ans et j’ai un Master pédagogie en anglais. Arrivée en France depuis un an et demi, passionnée par la France et la langue française, j’ai toujours souhaité apprendre cette langue. J’ai pris des cours de français au début dans mon pays ; mais je ne le parlais pas très bien.

  • Le legs et le socle

    Universitaire et écrivain, Jean-René Ovono Mendame a récemment soutenu une thèse de doctorat, à l'Université de Strasbourg II, intitulée « Écritures de la modernité dans le roman africain contemporain ».

  • Eveil aux langues à l'école Champagne

    Les élèves nouvellement arrivés en France (ENAF) considèrent qu'ils « parlent » le français lorsqu'on leur pose la question de savoir quelle langue ils parlent. Nous dirions plutôt qu'ils sont en train de l'apprendre, mais peu importe : ils sont en train de comprendre qu'ils sont bilingues voire plurilingues, et que cela est un atout.

  • Où apprendre les langues à Besançon ?

    "Quelles langues peut-on apprendre à Besançon ? Y compris le français ? Pour quel public ? jeune, adulte, senior ?
    Quel type de structure ? Associative ou institutionnelle ? Quand ? Où ? Comment ? A quelle heure ?"

  • L’Orient à l’Occident tressé

    Les propos qui vont suivre ne prétendent pas avoir “valeur universelle”. Cependant,  s’ils sont l’expression d’un parcours personnel, ils renvoient aussi à une génération.

  • Femmes juives d’Algérie : émancipation et transmission

    La question de la transmission culturelle concernant les femmes juives d’Algérie a surtout délivré un savoir sur la musique et les rites de la vie religieuse de la communauté, les coutumes culinaires et les divertissements mais cette transmission fait aussi apparaître des liens cachés dans une tension mémorielle entre joie et douleur.