Le goût des langues - Accent tonique

Sommaire

-Accent tonique :

 

Nous évoquons son prénom, plus précisément sa prononciation. En France, il tient absolument à sa prononciation française. Son oreille ne s'habitue pas à l'erreur des francophones ne plaçant pas l'accent tonique « sur la première syllabe ». « Ma mère, quand elle discute en français avec des personnes qui s'expriment en français prononce Stefan, ma famille française aussi ».

Il tient également à la transcription de son nom telle qu'elle est portée sur son État-Civil : Stefan et non Stéphane. Car d'une part, l'erreur pourrait vite se glisser et perdurer dans les documents administratifs et exigerait une longue démarche pour la rectifier. Et d'autre part, comme tout un chacun, il préfèrerait voir son nom écrit correctement. Ce qui est, sans doute, l'attention minimale requise quand on écrit à l'autre, l'attention portée à l'exacte transcription de son nom.

Partager cette page :
  • Rayane vient du Liban

    Rayane est arrivée à Besançon il y a 6 mois, elle a 19 ans, et habitait jusque là au Liban.

  • Le legs et le socle

    Universitaire et écrivain, Jean-René Ovono Mendame a récemment soutenu une thèse de doctorat, à l'Université de Strasbourg II, intitulée « Écritures de la modernité dans le roman africain contemporain ».

  • Bribes d'alphabétisation

    Bénévole dans une MJC, je donne des cours d’alphabétisation dans un groupe composé presque exclusivement de femmes. (seule l’une d’elles vient accompagnée de son mari).

  • Le Printemps des Poètes au collège J. Brel de Vesoul

    Utiliser la politique bien établie d’ouverture et d’accueil propre à l’établissement pour sensibiliser la population éducative et scolaire à l’éveil aux langues.

  • Susana la polyglotte

    Je suis arménienne, j’ai 25 ans et j’ai un Master pédagogie en anglais. Arrivée en France depuis un an et demi, passionnée par la France et la langue française, j’ai toujours souhaité apprendre cette langue. J’ai pris des cours de français au début dans mon pays ; mais je ne le parlais pas très bien.

  • Eveil aux langues à l'école Champagne

    Les élèves nouvellement arrivés en France (ENAF) considèrent qu'ils « parlent » le français lorsqu'on leur pose la question de savoir quelle langue ils parlent. Nous dirions plutôt qu'ils sont en train de l'apprendre, mais peu importe : ils sont en train de comprendre qu'ils sont bilingues voire plurilingues, et que cela est un atout.

  • Femmes juives d’Algérie : émancipation et transmission

    La question de la transmission culturelle concernant les femmes juives d’Algérie a surtout délivré un savoir sur la musique et les rites de la vie religieuse de la communauté, les coutumes culinaires et les divertissements mais cette transmission fait aussi apparaître des liens cachés dans une tension mémorielle entre joie et douleur.