L’Orient à l’Occident tressé - Ecriture et bilinguisme

Sommaire

Ecriture et bilinguisme :

Pratiquant la langue française en tant qu’universitaire, rédigeant une thèse, des articles, des livres collectifs, des comptes-rendus, un essai… je n’ai pas senti pas mon bilinguisme à l’œuvre. Il s’est mis à fonctionner lorsque je suis passée à l’écriture de fiction. Mais sans doute avait-il commencé à œuvrer en poésie : « Il n’est de lui que le poète » est construit sur la forme : « il n’est de Dieu que Dieu ». Dans d’autres poèmes, il serait question d’un “bilinguisme végétal”, empruntant à des paysages, à des motifs maghrébins : corail, gazelle, jasmin, ambre, calligraphie…
C’est lors de l’écriture des nouvelles de Rien ne me manque que je me suis surprise, écrivant en français, à l’écoute de l’autre langue.
L’écriture est miraculeuse. Elle met en branle ce qui semblait dormir en vous. Car, hormis une nouvelle écrite en Algérie, toutes ont été composées en France, pays où je pratique peu l’arabe de mon enfance et de ma jeunesse.
Pour décrire certaines situations, des phrases en arabe sont remontées. Je les ai traduites, en toute conscience, au plus près, espérant faire entendre la nuance, le surplus de sens que la langue française n’exprime pas d’emblée : « Le temps qui passe et donne la patience » (p.42). « Il dût démentir ses yeux » (p.67). « Elle marcha sur son cœur… » (p.71) « Celui qui est aimé de Dieu n’atterrit pas dans un hôpital de chez nous » (p.85) Ou bien encore : « J’implore pour elle ta protection. Sa vie est accrochée à ton cou » (p.85).
Je pourrais dire : je les entends en arabe et je les écrits en français. La langue française devient un réceptacle qui reçoit la langue arabe et la transmue. Il m’arrive également d’insérer directement des mots en arabe transcrits en français. Cet entrelacement des deux langues (glossaire en fin de recueil) me fait écrire dans un état de réflexion et de jubilation. Mon plaisir est grand quand des lecteurs, n’ayant aucune connaissance de l’arabe, me désignent les « phrases habitées » et me disent : “elles sont poétiques”

Partager cette page :
  • Rayane vient du Liban

    Rayane est arrivée à Besançon il y a 6 mois, elle a 19 ans, et habitait jusque là au Liban.

  • Le Printemps des Poètes au collège J. Brel de Vesoul

    Utiliser la politique bien établie d’ouverture et d’accueil propre à l’établissement pour sensibiliser la population éducative et scolaire à l’éveil aux langues.

  • Chez moi c’est ici maintenant malgré mon accent

    J'ai quitté la Sardaigne en 1962 pour venir à Besançon avec mon mari. Nous sommes venus retrouver ma tante. Mon mari a trouvé du travail très vite chez Baronchelli où mon oncle travaillait déjà donc on n’a pas eu de problèmes au départ.

  • Couleurs solides

    S'ils ne sont pas exempts de regret, d'amertume, de critique, de déception, ces textes, qui disent le lien Algérie-France, méconnaissent la haine.

  • Le legs et le socle

    Universitaire et écrivain, Jean-René Ovono Mendame a récemment soutenu une thèse de doctorat, à l'Université de Strasbourg II, intitulée « Écritures de la modernité dans le roman africain contemporain ».

  • Bribes d'alphabétisation

    Bénévole dans une MJC, je donne des cours d’alphabétisation dans un groupe composé presque exclusivement de femmes. (seule l’une d’elles vient accompagnée de son mari).

  • Les migrants et leurs langues : le cas de la famille Salvio

    Que deviennent les langues apportées par les migrants une fois qu’ils sont installés en France ? Sont-elles transmises d’une génération à l’autre dans les familles ?