Séjour pour raison médicale : Témoignage de MM Y

Sommaire

Je suis arrivé en France envoyé par l’Etat pour une mission éducative. Ce n’est pas un choix, j’étais fonctionnaire.

Après je suis resté par obligation pour mon fils et je suis devenu immigré.


Les raisons du départ

Mr : Je suis arrivé en France par nomination de l’Etat de mon pays d’origine pour une mission éducative. Ce n’est pas un choix. Ma mission était l’enseignement de la langue et la culture d’origine. J’étais enseignant et envoyé par l’Etat et donc après je reçois une nomination de l’inspection académique pour répondre aux demandes des familles d’enfants qui veulent apprendre la langue arabe. Suite au nombre d’élèves inscrits je suis nommé dans trois écoles. J’ai travaillé dans trois écoles pendant pratiquement 4 ans. La première année j’ai travaillé uniquement dans les centres sociaux y compris la Maison de quartier ici. Ça c’était en 1999 et après j’ai continué pour la Maison de quartier jusqu’en 2003.

Ma femme est venue en 2000 avec les deux garçons. Nous c’est un truc totalement différent : ce n’est pas par regroupement familial, il n’y a pas de procédure. Elle me suit, c’est tout. Elle a la même carte que moi, les enfants ont la même carte que moi.

J’ai habité ce quartier directement en arrivant en France. J’ai eu le logement avec ma nomination. Mais on ne peut pas dire que c’est un travail et que c’est un logement, parce que c’est quelque chose qui est organisé. Donc ce n’est pas comme l’expérience de quelqu’un qui vient immigrer, donc il trouve un travail et qui travaille ou ne travaille pas ; il trouve un logement ou il ne trouve pas ; il s’intègre ou il ne s’intègre pas. Toutes ces questions, à cette époque, elles ne se posent pas. Ça a duré quatre ans.

De 1999 à 2003, je ne me sens pas comme celui qui vient en France pour s’installer. Je me sens comme un fonctionnaire qui vient pour remplir une mission et il y a beaucoup de choses qui ne se posent pas à cette époque. Je me sens comme quelqu’un qui vient pour passer une période et qui sait très bien qu’il vient pour une période très déterminée dés le début et qui va se terminer tel mois. C’est-à-dire quelqu’un qui vient en France, qui est payé par son pays, qui ne paie pas d’impôts, qui est un peu couvert, donc il est privilégié ; qui a un titre de séjour spécial délivré par le Ministère des affaires étrangères.

C’est-à-dire que si l’on parle de quelqu’un immigré, dans mon cas, je parle de ça à partir de l’été 2003, c’est-à-dire dans la période où j’ai fini ma mission et j’ai sollicité la préfecture pour avoir la possibilité de rester. Depuis ce temps, je réfléchis d’une autre façon.


Partager cette page :