Couple mixte de Bosnie, 2007, témoignage

Ana et Elvis sont un jeune couple mixte de Bosnie : Ana est Serbe orthodoxe, Elvis est Bosniaque musulman. Pour eux il n'était pas possible de rester en Bosnie,

la tension entre les deux communautés étant très forte et leur couple contesté par les deux parties. Néanmoins la Bosnie est considérée comme un pays sûr et leur quête de régularisation en France est un véritable calvaire pour le jeune couple profondément traumatisé par la guerre...

 

Voir le film complet

Partager cette page :
  • Qu’est-ce que l’Ofpra ?

    L’Office Français de Protection des Réfugiés et Apatrides (Ofpra) est un établissement public, qui joue un rôle essentiel dans les migrations vers la France.

  • Réfugiés politiques et apatrides de 1975 à 1983

    Tableau par nationalité

  • Tanja, un nouveau projet de vie

    Tanja Nikolova, Macédonienne, est arrivée en France en 2002. Journaliste dans son pays, elle s’est retrouvée ici comme « analphabète », ne maîtrisant pas du tout la langue française. Pour elle et sa famille c'est un nouveau parcours qui s'est ouvert ...

  • Naturalisation, 2006 : reportage à la Préfecture

    Chaque année 600 à 700 certificats de naturalisation sont remis dans le Doubs. Rencontre avec le Prefet du Doubs, Marie France Barraut qui fait partie du bureau des naturalisation et des personnes venant d'obtenir leur naturalisation.

  • Réfugiés Bosniaques 2007, témoignage vidéo

    Samir et Sabina sont originaires d'un village de Bosnie. Pour Samir, le retour des Serbes dans les villages bosniaques crée une situation insupportable.

  • Yasmina Huseljic, réfugiée de Bosnie

    Je suis née en 1976 à Dojni Vakuf en Bosnie. Une ville grande comme Pontarlier. Mes parents étaient de la région.

  • L'ex-Yougoslavie

    Dans le nord des Balkans, pas loin de la France (Belgrade est à peine plus éloigné de Paris que ne l'est Rome, 1 400 km contre 1100) ) a existé au XXème siècle, pendant 74 ans (1918-1992 avec une parenthèse en 1941-1945) un Etat nommé Yougoslavie.

  • Apatride : clandestinité forcée

    Selon la Convention de New York du 28/09/1954, le terme d’« apatride » s’applique à toute personne qu’aucun État ne considère comme son ressortissant par application de sa législation.