M…. est arrivée du Liban en 2007

M…. est arrivée du Liban en 2007 avec un visa touristique d’un mois pour rejoindre son mari libanais, qui vivait à Besançon depuis 8 ans, et où il travaille dans le social.
Son mari avait demandé le regroupement familial, qui lui a été refusé, son salaire étant trop bas, les conditions n’étaient donc pas remplies.

Depuis, elle n’arrive pas à obtenir sa carte de séjour, malgré l’aide d’un avocat, elle est donc sans papier. Pendant un an elle n’osait pas sortir à cause de sa situation et de la langue. Ce qui lui a causé  des problèmes de dépression, elle pleurait beaucoup.
Lors d’une consultation à l’hôpital, une assistant sociale a pu lui obtenir une carte vitale et lui a parlé des cours de français où elle va 10 heures par semaine.
« Depuis, je bouge pour changer ma vie, pour avancer. »
Au Liban, elle avait fait 3 années de sociologie, puis a travaillé comme secrétaire chez un huissier. Sa situation ne lui permet pas de travailler, et elle doit encore  améliorer sa connaissance du français.
« Si j’ai mes papiers, j’ouvrirai un magasin de produits libanais . »

Il y a une cinquantaine de familles libanaises à Besançon. La présence de cette communauté lui a permis de s’intégrer plus facilement. Une amie libanaise lui a parlé d’une association caritative. Depuis, pour sortir, rencontrer d’autres personnes et parler, elle est bénévole 3 jours par semaine.

M… trouve la vie à Besançon facile et agréable, malgré le climat et le manque du sens de la fête, à son goût …
« Au Liban, on sort davantage le soir, les portes sont ouvertes, on va chez les uns, chez les autres. »
Mais la nature est belle, et même si il n’y a pas la mer, on peut aller se promener facilement.
Il y a un petit peu de racisme envers les étrangers, que l’on considère parfois comme inférieurs, mais pas trop.
« Les gens sont gentils, mais certains sont un peu racistes, je le sens. Peut-être ils n’aiment pas les arabes ? »

La maison de quartier donne un livret avec beaucoup d’informations.
M… participe aux activités sportives et va à la bibliothèque.
Bien sûr, M… espère une régularisation de sa situation pour pouvoir vivre normalement, sans peur , sans incertitude et  pour pouvoir faire des projets, apporter quelque chose de nouveau à Besançon.

Partager cette page :
  • « On a payé un passeur 5000 euros … »

    Avec son mari, ils vivent dans l’angoisse d’un 3° refus et d’un éventuel nouveau départ, alors que leurs 2 enfants, nés ici, ne connaissent que Besançon.

  • Mon pays c’est la langue

    Kinga, comme elle dit, n'a pas traversé de mers ni d'obstacles pour venir à Besançon. On a l'impression en l'écoutant, que sa vie est une suite d'événements faciles. Comme si tout lui cédait, même les langues, elle qui en maîtrise sept. A moins que ce ne soit pas sa manière de voir la vie et le manque d'appréhension qui rendent les choses faciles... L'histoire de son parcours nous fait du bien. Les parcours sans heurt semblent encore possibles.

  • Conférence d'Emmanuel Terray: Le travail des sans papiers

    Le rôle du travail des sans papiers dans l'économie.

  • « Depuis que je suis petit, je ne connais que la guerre … »

    Sawaly a fui son pays en guerre, l’Afghanistan. Il a déposé une demande d'asile.

  • Susana la polyglotte

    Je suis arménienne, j’ai 25 ans et j’ai un Master pédagogie en anglais. Arrivée en France depuis un an et demi, passionnée par la France et la langue française, j’ai toujours souhaité apprendre cette langue. J’ai pris des cours de français au début dans mon pays ; mais je ne le parlais pas très bien.

  • La traversée d’un rêve

    Ses yeux vifs et doux vous saisissent, vous avez envie de lui faire confiance. Et puis il y a en lui une belle volonté, un calme naturel. Sans doute, de ceux qui ont connu la valeur de la vie, ce qu'il faut donner de soi pour avancer. Ce qui nous rappelle que nous avons la possibilité d'agir, donc de vivre, d'être au monde avec grâce et courage.

  • Chili :au dernier moment, il ne restait de visas que pour la France

    Un très jeune Chilien arrive en France après des expériences traumatisantes vécues sous la dictature de Pinochet.