Logement de travailleurs immigrés sur le chantier en 1964

Ces photos ont été prises au cours des années 1964-1965 sur un chantier de construction rue de Chalezeule à Besançon.

A l’époque j’étais maçon à l’entreprise CERUTTI (siège rue de Pontarlier) et responsable du syndicat CFDT du Bâtiment.

 

Nous avions demandé à Maître Morel, huissier de justice, grande rue à Besançon, d’effectuer un constat dans les différents logements abritant des travailleurs immigrés employés sur le chantier de construction d’un grand bâtiment HLM.

 

 

logement travailleur

 

logement travailleur
Partager cette page :
  • Les casemates (1945-1956)

    Les premiers algériens venus travailler à Besançon après la guerre de 1945 ont logé dans ces fortifications rue d'Arène jusqu'à ce que la Municipalité les fasse murer en 1956 après la construction du foyer d'hébergement de la rue Clémenceau.

  • Les Nord-Africains vus par les journaux bisontins

    En un temps où la télé et les radios locales n’existaient pas, la presse locale était la seule information de nos concitoyens. Il est donc important de voir quelle place elle accorde à tout ce qui concerne ceux qu’elle appelle les Nord-Africains

  • 1952, création de l'AATEM, Henri Huot

    Demander à la municipalité de se préoccuper de leur sort n’était pas populaire : les conditions de vie lamentables de ces immigrés ne dérangeaient pas grand monde...

  • Les immigrés et la crise du logement 1950

    "Les 65 travailleurs nord-africains, sont logés gratuitement par l’entreprise dans les conditions suivantes : 49 Nord-africains dans 11 petites baraques en bois désaffectées, 16 Nord-africains dans 2 fourgons de la S.N.C.F. stationnés sur une voie de la gare de triage"

  • Les Nord-Africains à Besançon après la Seconde guerre mondiale

    D’après Jean Carbonare, les premiers Algériens arrivés à Besançon étaient d’anciens soldats de l’armée de Libération qui, démobilisés en Alsace, s’étaient repliés vers le sud.

  • Gare de triage 1950

    Les wagons désaffectés de la gare de triage : logement des travailleurs nord-africains en 1950

  • L’abbé Chays : un trait lumineux dans l’histoire sociale de Besançon

    « Je pensais à bon droit et à juste titre que le droit à la vie passait avant le droit à la propriété et que le droit de propriété devait se mettre au service du droit à la vie »,